Lawrence d'Arabie
1 7 1
1

Lawrence d'Arabie (Lawrence of Arabia)

G.-B. 1962. Drame historique de David Lean avec Peter O'Toole, Alec Guinness, Anthony Quinn. Pendant la Première Guerre mondiale, un lieutenant britannique devient le commandant de troupes arabes au Moyen-Orient. Film à grand spectacle doté de valeurs psychologiques. Portrait nuancé du héros. Remarquables images du désert. Mise en scène ample et spectaculaire. Excellente distribution.

Général Général

Genre : Drame historique
Durée : 222 min.
Réalisation : David Lean
Scénario :
Photographie : Freddie Young
Musique : Maurice Jarre
Montage : Anne V. Coates
Pays : Grande-Bretagne
Distributeur : Columbia
Interprètes : Peter O'Toole
Alec Guinness
Anthony Quinn
Jack Hawkins
Omar Sharif
Jose Ferrer
Anthony Quayle
Claude Rains
Arthur Kennedy
Récompenses

En 1916, un lieutenant britannique, T.E. Lawrence, reçoit pour mission de retrouver le prince Feisal, chef arabe en révolte contre les Turcs. Le caractère de Lawrence plaît au prince qui lui confie le commandement de ses hommes. Après s'être emparé du port d'Aqaba, Lawrence devient une figure quasi légendaire et réussit à rallier les tribus arabes.

L’avis de Mediafilm

G.-B. 1962. Drame historique de David Lean avec Peter O'Toole, Alec Guinness, Anthony Quinn. Pendant la Première Guerre mondiale, un lieutenant britannique devient le commandant de troupes arabes au Moyen-Orient. Film à grand spectacle doté de valeurs psychologiques. Portrait nuancé du héros. Remarquables images du désert. Mise en scène ample et spectaculaire. Excellente distribution.

Revue de presse

La passion et le sable

Pour David Lean et Sam Spiegel, fastueux organisateurs d'un des spectacles les plus chers de l'histoire du cinéma, il s'agit moins de faire le portrait de Lawrence que de décrire et de créer une fascination: celle du désert (...). Peter O'Toole fait miroiter les aspects les plus lumineux et les plus malsains de ce personnage ambigu, mystérieux, fascinant. (Texte paru en 1963)

Fascinant!

[Le film] égale, et surpasse même parfois, les plus grands westerns américains. (...) Et la virtuosité du cinéaste ajoute à notre émerveillement, qu'il s'agisse des séquences de combat (...) ou de l'évocation des phénomèmes optiques dus au rayonnement solaire et à la chaleur! L'interprétation [est] de tout premier ordre. (Texte paru en 1963)

Prestiges du désert

Jamais encore le cinéma n'avait donné du désert des images aussi saisissantes. La photographie en couleur est d'une qualité exceptionnelle. La densité et la pureté de la lumière, ainsi que la gamme infiniment nuancée des coloris confondent. (Texte paru en 1963)

All-Star, All-Good

LAWRENCE OF ARABIA is an admirably serious film. (...) The size, the scope, the fantastic scale of [Lawrence's] personality and his achievement is triumphantly there. (...) For once, the machinery of the spectacular, Technicolor, Super-Panavision 70 production is harnessed to an appropiate subject. (...) The cast (...) is not only all-star, but, for a change, all-good.

Commentaires

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

Le film de la semaine
Cote Mediafilm () Paradis Paradis
Mediafilm

Rus. 2016. Drame de Andrei Konchalovsky avec Julia Vysotskaya, Christian Clauss, Philippe Duquesne. Classement: Général (déconseillé aux jeunes enfants).


En 1942, dans un camp de concentration, les destins entrecroisés d'une aristocrate russe qui s'est jointe à la Résistance, d'un Français qui sympathise avec l'ennemi et d'un officier SS, héritier déchu d'une famille de la noblesse allemande.

Vous avez besoin de IE 8+ pour visualiser cette page!