Docteur Folamour
1 7 1
1

Docteur Folamour (Dr. Strangelove)

G.-B. 1963. Comédie satirique de Stanley Kubrick avec Peter Sellers, George C. Scott, Sterling Hayden. Convaincu que les communistes veulent empoisonner les eaux du globe, un officier d'une base américaine ordonne une attaque nucléaire sur la Russie. Satire féroce du pouvoir politique et militaire traitée sur un ton d'humour noir. Nombreuses scènes d'anthologie. Réalisation inventive et fort soignée. Interprétation savoureusement caricaturale.

Général Général

Genre : Comédie satirique
Durée : 94 min.
Réalisation : Stanley Kubrick
Scénario :
Photographie : Gilbert Taylor
Musique : Laurie Johnson
Montage : Anthony Harvey
Pays : Grande-Bretagne
États-Unis
Distributeur : Columbia
Interprètes : Peter Sellers
George C. Scott
Sterling Hayden
Keenan Wynn
Slim Pickens
Peter Bull
James Earl Jones
Tracy Reed
Jack Creley
Frank Berry
Robert O'Neil
Récompenses

Convaincu que les communistes veulent empoisonner les eaux du globe, un officier d'une base américaine ordonne une attaque nucléaire sur la Russie.

L’avis de Mediafilm

G.-B. 1963. Comédie satirique de Stanley Kubrick avec Peter Sellers, George C. Scott, Sterling Hayden. Convaincu que les communistes veulent empoisonner les eaux du globe, un officier d'une base américaine ordonne une attaque nucléaire sur la Russie. Satire féroce du pouvoir politique et militaire traitée sur un ton d'humour noir. Nombreuses scènes d'anthologie. Réalisation inventive et fort soignée. Interprétation savoureusement caricaturale.

Revue de presse

La Folle Humanité

(...) ce qui ressort de cette comédie, c'est que personne ne croit à la guerre atomique. (...) personne n'imagine qu'un conflit dont dépend le sort de l'humanité (...) puisse jamais éclater. (...) Ce film montre que l'hypothèse de la folie doit (...) être envisagée. (Texte paru en 1964)

Une Farce hénaurme

DOCTEUR FOLAMOUR est une farce «hénaurme», à la Jarry, c'est Ubu chez les Américains. (...) Le film comporte des moments drôles, et même franchement hilarants, mais aussi des longueurs. La satire, et farfelue en prime, est une arme délicate. (Texte paru en 1964)

Ubu général nous fait-il rire? Nous fait-il pleurer?

Kubrick a appuyé sur deux ressorts du comique: celui de l'absurde et celui de la monstruosité. (...) il a poussé jusqu'à leur extrémité délirante une absurdité réelle et monstruosité réelle. (...) La colère n'est pas loin. La colère de Guignol. La violence de Jarry. (Texte paru en 1964)

Étrange Planète...

Pleurer sur la fin, apparemment inévitable de notre monde, ou rire de l'impuissance des hommes d'État (...). Tout au long de la projection, Kubrick joue sur l'un et l'autre tableau, le rire et le pleur, et, semble-t-il, avec une égale maîtrise. (Texte paru en 1964)

Le Général est fou...

(...) cela ne va pas très loin, ni dans la satire, ni dans l'humour, ni dans l'élégance de la construction. Les trucages sont énormes et relèvent plus de l'esthétique de la bande dessinée que de la mise en scène cinématographique. (Texte paru en 1964)

Commentaires

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

Le film de la semaine
Cote Mediafilm () Paradis Paradis
Mediafilm

Rus. 2016. Drame de Andrei Konchalovsky avec Julia Vysotskaya, Christian Clauss, Philippe Duquesne. Classement: Général (déconseillé aux jeunes enfants).


En 1942, dans un camp de concentration, les destins entrecroisés d'une aristocrate russe qui s'est jointe à la Résistance, d'un Français qui sympathise avec l'ennemi et d'un officier SS, héritier déchu d'une famille de la noblesse allemande.

Vous avez besoin de IE 8+ pour visualiser cette page!