Purge - L'année électorale, La
1 7 4
4

La Purge - L'année électorale (The Purge - Election Year)


jeudi 31 mai à 10h55 | Super Écran 1


É.-U. 2016. Thriller de James DeMonaco avec Elizabeth Mitchell, Frank Grillo, Mykelti Williamson. En 2025, dans une Amérique où - un jour par année - tous les crimes sont permis, une candidate à la présidence et son garde du corps sont poursuivis par des maniaques enragés. Troisième volet primaire mais efficace d'une série mêlant science-fiction et horreur. Scénario riche en résonances sociopolitiques. Imagerie perturbante. Interprétation fonctionnelle. (sortie en salle: 1 juillet 2016)

13 ans + (violence, langage vulgaire) 13 ans + (violence, langage vulgaire)

Genre : Thriller
Durée : 109 min.
Réalisation : James DeMonaco
Scénario :
Photographie : Jacques Jouffret
Musique : Nathan Whitehead
Montage : Todd E. Miller

Dans un futur proche, les États-Unis célèbrent chaque année "la purge", une fête légale où, pendant une période de douze heures, tous les crimes (y compris le meurtre) sont tolérés. Sénatrice, et candidate à la présidence, Charlie Roan, s'oppose à cette pratique barbare et compte bien l'abolir si elle remporte l'élection. Mais certains groupes de pression sont bien décidés à l'éliminer, et comptent utiliser le prétexte de la prochaine purge pour l'assassiner. Heureusement, la sénatrice peut compter sur Leo Barnes, son fidèle garde du corps, qui fera tout pour l'aider à survivre à ce qui s'annonce comme la pire nuit de tuerie de l'histoire des États-Unis.

L’avis de Mediafilm

Ce troisième volet d'une série de films à petits budgets, mêlant science-fiction, horreur, action et satire sociale, s'inspire clairement de l'actualité récente pour faire un portrait mordant (et saignant) de l'Amérique. S'appuyant sur un scénario riche en résonances sociopolitiques, et misant sur de nombreuses scènes-chocs qui détournent astucieusement (et de manière très perturbante) l'iconographie américaine, ce film ressemble à une sorte de cauchemar éveillé, filmé comme un reportage télévisé. Malgré une interprétation strictement fonctionnelle et une mise en scène parfois hésitante, ce thriller primaire mais efficace est un étrange croisement entre un film "gore" pour ados, une plongée dans le subconscient de l'Amérique et une farce très sombre sur l'actuelle campagne présidentielle.

Texte : Georges Privet

Commentaires

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

Vous avez besoin de IE 8+ pour visualiser cette page!