Mélancholia
1 7 2
2

Mélancholia (Melancholia)

Dan. 2011. Drame de Lars von Trier avec Kirsten Dunst, Charlotte Gainsbourg, Kiefer Sutherland. Tandis qu'une planète menace d'entrer en collision avec la Terre, une jeune publicitaire qui s'est enfoncée dans la dépression trouve refuge chez sa soeur. Film-somme fataliste, d'une symbolique puissante. Mise en scène vertigineuse, en équilibre entre sophistication et sobriété. K. Dunst incandescente. (sortie en salle: 11 novembre 2011)

Général Général

Genre : Drame
Durée : 135 min.
Réalisation : Lars von Trier
Scénario :
Photographie : Manuel Alberto Claro
Montage : Molly M. Steensgaard
Morten Højbjerg
Pays : Danemark
Suède
France
France
Allemagne
Distributeur : Les Films Séville
Interprètes : Kirsten Dunst
Charlotte Gainsbourg
Kiefer Sutherland
Alexander Skarsgard
Cameron Spurr
Charlotte Rampling
John Hurt
Stellan Skarsgard
Brady Corbet
Udo Kier
Récompenses

Tandis qu'une planète menace d'entrer en collision avec la Terre, une jeune publicitaire qui s'est enfoncée dans la dépression au lendemain de son mariage trouve refuge chez sa soeur, une mère anxieuse mariée à un riche châtelain.

L’avis de Mediafilm

Ce superbe exploit de cinéma assemble de façon organique les préoccupations esthétiques et spirituelles de son auteur Lars Von Trier (BREAKING THE WAVES, ANTICHRIST). MELANCHOLIA est un film-somme, porté par une intrigue à la symbolique puissante, une mise en scène vertigineuse et effacée à la fois, ainsi que la composition transcendante de Kirsten Dunst.

Revue de presse

C’est l’apocalypse

Comme pour (...) l’esthétisant prologue d'ANTÉCHRIST, von Trier expose avec éclat sa virtuosité, cette fois en une suite de tableaux d’inspiration symboliste d’une inquiétante et saisissante beauté où il résume le drame à venir: la fin du monde, rien de moins.

La Fin du monde comme si vous y étiez

(...) MELANCHOLIA a beau être une ode au désespoir (...), il est réalisé avec une telle virtuosité et un si grand souffle émotif que le spectateur, aspiré par son trou noir flamboyant, en ressort secoué, bouleversé, tétanisé et à des années-lumière du plat pessimiste recherché.

Une Cosmogonie du désespoir

Oscillant entre un récit très concret, un onirisme à la fois sublime et cauchemar- desque et une dimension métaphysique, MELANCHOLIA peut être vu (...) comme une oeuvre donnant puissamment à ressentir l'état de dépression, dont le cinéaste a pu (...) faire l'expérience.

Au coeur de la bile noire

(...) la catastrophe annoncée, celle de la fin du monde, constitue un catalyseur extrême, à la fois un événement en soi et une allégorie aux significations multiples. (...) C'est ainsi dans cette multitude de natures de la catastrophe que le film tire sa force.

Sublime Abîme

MELANCOLIA a (...) cette façon de planquer, (...) sous une maîtrise géniale de l’écriture filmique, quelque chose de mat et d’inconsolable. C’est à la fois le cinéma dans la pleine puissance de ses moyens et un constat du monde, (...) des hommes, qui ne saurait se consoler de rien.

Commentaires

29 janvier 2017, 00:48:10

Une vision assez désabusé des individus. Von Trier a-t-il le moindre respect pour ses personnages? En espérant en plus qu'il ne soit pas un partisan Nazis... Après une première partie version dépressive, lassante et millionnaire de FESTEN (ou du MARIAGE DE RACHEL), MELANCHOLIA offre une deuxième partie contemplative où les personnages ne font pas grand-chose. Les réactions des deux soeurs sont opposés et cela sert bien le film pour une analyse, comme pour cette finale fataliste. La Gainsbourg convient bien mais a toujours la mine d'un chien battu comme son père, tandis que Dunst donne tout, de son magnifique décolleté à son incarnation marquante de la dépression. Et quelques plans oniriques, qui ont l'allure de tableaux, sont fascinants, même si avec une telle musique ça devient carrément de la prétention d'auteur, surtout que le film est long. Pour ma part, j'ai aimé mieux DANCING IN THE DARK, DOGVILLE et même ANTICRHIST de Von Trier. Étant donné que je me suis ennuyé devant MELANCHOLIA je le mets (5), quoiqu'un jour je vais essayer de le revoir sans mes «préjugés» sur le cinéaste.

1 7 5

J'attribue à ce film la Cote 5

06 septembre 2016, 22:40:51

Le film est une detresse psychologique que se partage deux soeurs a la venue de la planete Melancholia, qui menace son entrée sur la planete terre. Il n'y a pas grand action. Si vous en voulez de l'action, allez voir furious 6 et vous allez en avoir. Jusque la fichez-nous la paix. Malgre ce commentaire plate et quelques connaissances qui ont admires le film, je dirais que l'oeuvre est "plutot" accessible, puisque la plupart de mes contacts ont aime. Ce sont les 2 actrices feminines qui volent la vedette. Un moment c'est Dunst qui epate, l'autre c'est Gainsbourg qui vole la vedette. Ainsi soit-il et ainsi de suite. Quoique mon film prefere de Trier est Dancing In The Dark (qui nous prouvait que Bjork pouvait avoir d'excellents pouvoirs artistiques dans un film), je lui octroie un 1, comme si c'etait mon 2e film prefere de ce geant Lars Von Trier...

1 7 1

J'attribue à ce film la Cote 1

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

Le film de la semaine
Cote Mediafilm () Three Billboards Outside Ebbing, Missouri Three Billboards Outside Ebbing, Missouri
Mediafilm

É.-U. 2017. Comédie dramatique de Martin McDonagh avec Frances McDormand, Sam Rockwell, Woody Harrelson. Classement: 13 ans + (langage vulgaire).


Voyant que la police locale a renoncé à trouver le meurtrier de sa fille, une mère divorcée sème l'émoi dans sa petite communauté en placardant sur trois panneaux publicitaires érigés à l'entrée de la ville des messages dénonçant l'inefficacité des forces de l'ordre.

Vous avez besoin de IE 8+ pour visualiser cette page!