Volver
1 7 2
2

Volver

Esp. 2006. Comédie dramatique de Pedro Almodovar avec Penélope Cruz, Carmen Maura, Lola Duenas. La vie d'une ouvrière madrilène est chamboulée lorsque sa fille adolescente tue son mari et que le fantôme de sa mère s'installe chez sa soeur. Récit sublime, brillamment articulé, aux thèmes puissants. Exercice de style cohérent et vigoureux. Réalisation solide et maîtrisée. Interprétation savoureuse. P. Cruz admirable. (sortie en salle: 8 décembre 2006)

13 ans + 13 ans +

Genre : Comédie dramatique
Durée : 120 min.
Production : Esther Garcia
Réalisation : Pedro Almodovar
Scénario :
Photographie : Jose Luis Alcaine
Musique : Alberto Iglesias
Montage : José Salcedo
Pays : Espagne
Distributeur : Les Films Séville
Interprètes : Penélope Cruz
Carmen Maura
Lola Duenas
Blanca Portillo
Yohana Cobo
Chus Lampreave
Antonio de la Torre
Carlos Blanco
Maria Isabel Diaz
Neus Sanz
Récompenses

Une mère ouvrière cache le cadavre de son mari tué par sa fille adolescente dont il avait tenté d'abuser. Au même moment, le fantôme de sa mère apparaît à sa soeur, qui a du mal à garder le secret de ces retrouvailles insolites.

L’avis de Mediafilm

Au sommet de sa forme, Pedro Almodovar (PARLE AVEC ELLE) a mis en scène avec une grande maîtrise un récit sublime, brillamment articulé, dont les thèmes porteurs sont traités à la fois avec légèreté et profondeur. L'interprétation est savoureuse, mais P. Cruz se démarque avec une performance admirable.

Revue de presse

Une Oeuvre d'une grande maturité

Après (...) LA MAUVAISE ÉDUCATION, son film le plus récent, Almodovar renoue ici avec l’univers populaire de QU'EST-CE QUE J'AI FAIT POUR MÉRITER ÇA ? et le film d’actrices dans lequel il excelle (...). VOLVER est (...) un film de maîtrise et de maturité composé de l’ensemble de l’oeuvre cinématographique d’Almodovar, de sa culture littéraire et picturale qui balaie les champs de l’histoire jusqu’aux formes les plus humbles.

Femmes au bord de la crise de mère

Spécialiste du mélodrame, Almodovar le prépare à toutes les sauces: hystérique, excentrique, ibérique bien sûr. Celle de VOLVER est totalement nouvelle, on la qualifiera de fantastique (...) dans le sens où Almodovar fait preuve de la même aisance pour rendre parfaitement naturelle une situation irrationnelle. (...) C'est un Almodovar (...) moins baroque, (...) mais plus espagnol, plus léger, (...) plus sensible.

Les Meilleurs des mondes

Almodovar réussit avec Penelope Cruz le rêve de n'importe quel directeur d'actrices: il la transforme - elle devient une mère, une espèce de divinité nourricière - et la transcende. Ce qui n'éclipse en rien l'éclat de ses camarades, à commencer par Carmen Maura.

Dans la cour des grands

Avec VOLVER (...), Almodovar nous offre une histoire de famille se déployant autour des thèmes de la mort, du destin mais aussi de la solidatité et de l'amour. Carmen Maura a rarement joué aussi juste. Penélope Cruz est magnifique (...). Enfin l'Espagne y est belle, rurale, irréelle et follement vraie.

Un Excellent Cru

Abordant un sujet délicat, le cinéaste dépeint le cheminement intérieur de ses personnages avec beaucoup de finesse. La mise en scène est extrêmement soignée, avec notamment un travail très réussi sur les cadrages, le décor et les couleurs. La musique est magnifique et l'interprétation superbe.

Mix of Mysticism and Earthy Comedy

Now comes VOLVER, a surefire crowd-pleaser that takes you back to Almodóvar’s women on the campy verge, but this time in an airy, slyly understated, light-fantastical style. Before it loses its fizz - maybe two thirds of the way through - VOLVER offers the headiest pleasures imaginable.

Le Fantôme sent mauvais

Malgré tous les drames qu'il recèle (...), le seizième long métrage de Pedro Almodovar frappe par une sérénité sans précédent dans l'oeuvre du cinéaste espagnol. (...) Entre le mélodrame familial et la comédie noire, que le cinéaste parsème de trouvailles jouissives (...), l'auteur de TOUT SUR MA MÈRE (1999) atteint une sublime légèreté de l'être ô combien supportable.

Darkest of Troubles in the Brightest of Colors

VOLVER (...) unfolds with breathtaking ease and self-confidence. It is in some ways a smaller, simpler film than either TALK TO HER or BAD EDUCATION, choosing to tell its story without flashbacks or intricate parallel plots, but it is no less the work of a master. And it's a testament to the filmmaker's generosity of spirit that he effectively hands the movie over to its ensemble of lively and resourceful actresses.

Drained of the Acid Satire and Gallows Humor

Pedro Almodóvar's VOLVER, is warm, emotional and forever on the brink of tears - peppered with bouts of pique, old resentments that flare up and moments of intense and lyrical longing. (...) VOLVER is just as funny as WHAT HAVE I DONE TO DESERVE THIS?, but it's also more sanguine and complex. Its humor is brighter and loopier, more a function of the characters' indomitable spirit than of their terminal despair.

Spirited Homecoming Puts Story Over Style

A richly evocative return to his childhood roots, Pedro Almodovar's 16th feature VOLVER signals a new, low-frills departure for a helmer whose recent work has been as much about style as substance; pic is cinematographically and dramatically more contained and satisfyingly unflashy. Peopled with superbly drawn, attractive characters smoothly integrated into a well-turned, low-tricks plotline.

Commentaires

03 juin 2016, 19:30:01

Je ne suis pas un fan du style kitsch de Almodovar, ce VOLVER est tout même un film beau et émouvant. C'est entre autres un hommage aux femmes et Penelope Cruz réussie à être sexy, nuancée et touchante sans jamais en faire trop.

1 7 3

J'attribue à ce film la Cote 3

03 juin 2016, 19:35:44

Par: Mathieu Desharnais, Trois-Rivières

«...Penélope réussit», je vois des fautes après avoir envoyé mon commentaire lol

J'attribue à ce film la Cote 3

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

Le film de la semaine
Cote Mediafilm () Paradis Paradis
Mediafilm

Rus. 2016. Drame de Andrei Konchalovsky avec Julia Vysotskaya, Christian Clauss, Philippe Duquesne. Classement: Général (déconseillé aux jeunes enfants).


En 1942, dans un camp de concentration, les destins entrecroisés d'une aristocrate russe qui s'est jointe à la Résistance, d'un Français qui sympathise avec l'ennemi et d'un officier SS, héritier déchu d'une famille de la noblesse allemande.

Vous avez besoin de IE 8+ pour visualiser cette page!