Congorama
1 7 3
3

Congorama

Can. 2006. Comédie dramatique de Philippe Falardeau avec Olivier Gourmet, Paul Ahmarani, Jean-Pierre Cassel. À la recherche au Québec de ses parents naturels, un inventeur belge fraternise avec un jeune bohème cherchant à réhabiliter la mémoire de son père. Scénario astucieux et plein d'esprit conçu comme un enchaînement ludique de coïncidences. Réflexion touchante sur l'état du monde et de la grande famille humaine. Réalisation vivante et artisanale. Interprétation juste. (sortie en salle: 7 novembre 2006)

Général Général

Genre : Comédie dramatique
Durée : 105 min.
Production : Luc Déry
Kim McCraw
Réalisation : Philippe Falardeau
Scénario :
Photographie : André Turpin
Musique : Jarby McCoy
Montage : Frédérique Broos
Pays : Canada (Québec)
Distributeur : Christal Films
Interprètes : Olivier Gourmet
Paul Ahmarani
Jean-Pierre Cassel
Gabriel Arcand
Lorraine Pintal
Claudia Tagbo
Arnaud Mouithys
Guy Pion
Janine Sutto
Récompenses

Apprenant qu'il a été adopté au Québec, Michel, un inventeur belge, prend prétexte d'un voyage d'affaires à Montréal pour partir à la recherche de ses parents naturels. Dans le village de Sainte-Cécile, où son enquête piétine, il fait la connaissance d'un curé laconique. Celui-ci lui présente Louis, un jeune bohème marqué par la disparition de son père et obnubilé par le projet d'ingénierie révolutionnaire qui a provoqué le congédiement de celui-ci de la compagnie nationale d'électricité. Contre l'avis de sa mère, Louis tente de remonter le fil de l'histoire de son père, dans l'espoir de réhabiliter sa mémoire. Sa rencontre inattendue avec un émeu, alors qu'il était au volant, changera radicalement le cours de son existence. Ainsi que celle de Michel, qui était, lui aussi, à bord du véhicule.

L’avis de Mediafilm

Le nouveau film de Philippe Falardeau (La Moitié gauche du frigo) enchaîne les coïncidences de manière ludique, au fil d'un scénario astucieux et plein d'esprit duquel se dégage une réflexion touchante sur l'état du monde et de la grande famille humaine. La réalisation est vivante et l'interprétation très juste.

Revue de presse

Bon en émeu !

Les deux acteurs forment un duo inédit, moteur d'une histoire originale où l'on préfère emprunter des chemins de traverse plutôt que des sentiers bien balisés. De ce choix résulte parfois de petits flottements sur le plan narratif, mais le périple vaut quand même largement le détour.

Faux père et faux frère

Ce drame familiale par ailleurs teinté d'humour est porté par de bons acteurs, dont le jeune Arnaud Mouithys, très naturel. À noter, de belles images et un montage intéressant bien qu'un peu lent par moments.

A Great Collision

Technically, CONGORAMA is an unobtrusive marvel. Falardeau and editor Frederique Boos smoothly handle scenes shot from multiple angles for that ''gotcha'' effect, while a wealth of visual clues and motifs are carefully if somewhat obviously coded into the pic's frames.

Si j'avais un char (électrique)

Non seulement CONGORAMA sollicite l'intelligence du spectateur, mais il amuse sans recourir à cet humour d'ados boutonneux qui contamine la culture québécoise.

Un Film qui vaut le détour

Ingénieux, le scénario a été savamment construit comme un puzzle dont on recolle les morceaux pour découvrir le fond de l'histoire. L'intrigue emprunte au thriller son rythme sans tomber dans les clichés du genre.

Commentaires

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

Vous avez besoin de IE 8+ pour visualiser cette page!