Horaire cinéma

Zone Membre
Chef-d'oeuvre Remarquable Très bon Bon Moyen Pauvre Minable

Belle de jour

13 ans +

(v.o.f.)

Belle de jour

(v.o.sta.)

 

Genre: Drame de moeurs

Pays: France, Italie

Année: 1967

Distributeur: Alliance Vivafilm

Durée: 100 min.

 
Affiche
Pochette
Images des films
Images des films
Images des films
Images des films
Images des films
Images des films
Images des films
Images des films
Images des films
Images des films
Affiche
Affiche
Affiche
Affiche
Affiche
Bande-annonce en français

Générique

Réalisation: Luis Bunuel. Scénario: Luis Bunuel, Jean-Claude Carrière. D'après le roman de Joseph Kessel. Photographie: Sacha Vierny. Montage: Louisette Hautecoeur.

 

Interprètes

Catherine Deneuve, Jean Sorel, Michel Piccoli, Geneviève Page, Pierre Clémenti, Françoise Fabian, Macha Méril, Muni, Maria Latour, Francis Blanche, Georges Marchal, Francisco Rabal, Bernard Musson.

 

Résumé

Mariée à Pierre, jeune chirurgien parisien, Séverine se sent insatisfaite et exprime dans des rêveries quotidiennes des désirs sexuels inassouvis. Elle se rend chez une certaine Anaïs, tenancière d'une maison de rendez-vous, et devient, sous un pseudonyme, une des hôtesses de cet établissement louche. Un voyou, devenu amoureux d'elle, découvre sa véritable identité et fait feu sur son mari qui est grièvement blessé. Un ami du couple, qui a surpris le secret de Séverine, s'empresse de renseigner Pierre.

 

L’avis de Mediafilm

Le scénario est conçu de telle sorte qu'il est difficile d'affirmer avec certitude si telle ou telle scène fait partie de la réalité ou de l'imagination de l'héroïne. Le réalisateur a donc beau jeu pour exploiter ses phantasmes habituels où les répressions du subconscient entrent en conflit avec les conventions sociales. Le tout se présente dans une mise en scène rigoureuse où la couleur joue un grand rôle. Par son jeu, Catherine Deneuve confère à son personnage une dignité qui fait contraste avec ses activités.

Texte: Robert-Claude Bérubé

 
Bookmark and Share

Commentaires

 

Revue de presse

 

La Petite Fille du marquis
Madeleine Garrigou-Lagrange (Témoignage Chrétien)

En cette blonde petite fille du marquis de Sade - ange perverti (...), - Bunuel trouve de quoi mitonner l'un de ces bizarres et splendides brouets de sorcière, faits de crapauds et de rayons de lune, dont il est seul à posséder le secret.

(Texte paru en 1967)


Crying, to Keep from Laughing
Bernard Kaplan (The Montreal Star)

BELLE DE JOUR is a motion picture so absolute in its badness that, in a charitable moment, (...) I had the thought that perhaps Bunuel had set out to make the definitive bad movie. If so, he has come astonishingly close to total success.

(Texte paru en 1967)


Défis et scandales
Pierre Billard (Paris-Match)

Bunuel traite avec dignité et simplicité le sujet le plus osé qui soit. Tous les acteurs sont remarquables et d'une rare justesse de ton comme sont justes les couleurs automnales qui baignent ce film d'une intensité et d'une force peu commune.

(Texte paru en 1967)


Un Film pour bonnes gens
Jean-Claude Germain (Le Petit Journal)

BELLE DE JOUR est un film de pensée très orthodoxe, très moral même. (...) malgré son apparente audace, [ce film] est un Bunuel très décevant où l'on retrouve tous les défauts de ses moins bons films.

(Texte paru en 1967)


Bunuel fidèle à lui-même
René Girod (ROC)

BELLE DE JOUR est une véritable réussite esthétique: un excellent montage, des acteurs de grand talent, dont l'interpretation est remarquable, de très belles images et un environnement sonore bien adapté.

(Texte paru en 1993)


Fantasmes pour un jeudi
Jean-François Josselin (Le Nouvel Observateur)

(...) BELLE DE JOUR est un chef-d'oeuvre et, ce qui ne gâte rien, un chef-d'oeuvre d'humour où MM. Piccoli et Francis Blanche et Mme Page (épatante dans ce rôle d'Anaïs) s'illustrent pour le meilleur en servant le pire.

(Texte paru en 1986)


The Power of Deneuve's Cool Beauty
Tom Gliatto (People)

BELLE DE JOUR isn't especially erotic. Director Bunuel is more interested in ridiculing the pointless life of a bourgeoise than in making psychological sense of his main character.

(Texte paru en 1995)


L'Enfer sans les flammes
Jean de Baroncelli (Le Monde)

(...) l'allusion, la transposition poétique, sont beaucoup plus suggestives en ce domaine que l'imagerie précise. Bunuel le sait bien qui, si souvent, quand sa liberté était brimée, sut évoquer l'enfer sans en montrer les flammes.

(Texte paru en 1967)


L'Art corrosif et ambigu de Bunuel
Aucun (La Libre Belgique)

(...) on chercherait en vain ici de ces extraordinaires instants de délire contrôlé, de cette sourde et fulgurante violence intérieure qui faisait l'originalité de (...) L'ANGE EXTERMINATEUR.

(Texte paru en 1967)


Chef-d'oeuvre ou pastiche?
Luc Perrault (La Presse)

Il reste en définitive un film très neuf de Bunuel qui le représente fortement mais qu'on pourrait aussi qualifier d'impersonnel si l'on s'attache uniquement à étudier les différents comportements  des habitués du salon de Mme Anaïs.

(Texte paru en 1967)


Outil de recherche

Bookmark and Share
Nous avons hâte de voir...

Gone Girl

É.-U. 2014. Thriller de David Fincher avec Ben Affleck, Rosamund Pike, Neil Patrick Harris.


Good Lie, The

É.-U. 2014. Drame de Philippe Falardeau avec Reese Witherspoon, Corey Stoll, Arnold Oceng.


Henri Henri

Can. 2014. Comédie fantaisiste de Martin Talbot avec Victor Andrés Trelles Turgeon, Sophie Desmarais, Marcel Sabourin.


Interstellar

É.-U. 2014. Science-fiction de Christopher Nolan avec Matthew McConaughey, Anne Hathaway, Jessica Chastain.


Jupiter Ascending

É.-U. 2014. Science-fiction de Andy Wachowski, Lana Wachowski avec Mila Kunis, Channing Tatum, Sean Bean.


(3) Mommy

Can. 2014. Drame psychologique de Xavier Dolan avec Anne Dorval, Antoine Olivier Pilon, Suzanne Clément.


La relation difficile d'une veuve avec son adolescent hyperactif est apaisée par l'irruption dans leur vie d'une voisine un peu mystérieuse.

Monde nous appartient, Le

Fr. 2012. Drame de Stephan Streker avec Vincent Rottiers, Ymanol Perset, Olivier Gourmet.


(3) Tu dors Nicole

Can. 2014. Comédie dramatique de Stéphane Lafleur avec Julianne Côté, Catherine St-Laurent, Marc-André Grondin.


L'oisiveté d'une jeune femme qui profite seule de la maison familiale durant l'été est perturbée par l'irruption de son frère aîné et de ses amis musiciens.

Wild

É.-U. 2014. Drame biographique de Jean-Marc Vallée avec Reese Witherspoon, Michiel Huisman, Gaby Hoffmann.


Voir la liste complète