Théorie de l'univers, La
1 7 4
4

La Théorie de l'univers (The Theory of Everything)

G.-B. 2014. Drame biographique de James Marsh avec Eddie Redmayne, Felicity Jones, Charlie Cox. Le destin hors du commun de Stephen Hawking, physicien anglais atteint en 1963 de la maladie de Lou Gehrig, rendu célèbre en 1988 par la parution de son livre "A Brief History of Time". Récit empathique, exaltant le génie d'Hawking. Approche sentimentale. Musique et effets de style grandiloquents. Interprétation touchante de F. Jones et exceptionnelle d'E. Redmayne. (sortie en salle: 14 novembre 2014)

Général Général

Genre : Drame biographique
Durée : 123 min.
Réalisation : James Marsh
Scénario :
Photographie : Benoît Delhomme
Musique : Johann Johannsson
Montage : Jinx Godfrey
Pays : Grande-Bretagne
Distributeur : Les Films Séville
Interprètes : Eddie Redmayne
Felicity Jones
Charlie Cox
David Thewlis
Maxine Peake
Simon McBurney
Harry Lloyd
Emily Watson

Le destin hors du commun de Stephen Hawking, physicien anglais atteint en 1963 de la maladie de Lou Gehrig, rendu mondialement célèbre en 1988 par la parution de "A Brief History of Time", un brillant ouvrage de vulgarisation scientifique.

L’avis de Mediafilm

Empathique et admiratif, James Marsh (MAN ON WIRE) exalte le génie d'Hawking tout en redonnant à son épouse Jane Wilde une place centrale dans l'accomplissement de son destin. L'approche sentimentale et les effets grandiloquents sont rachetés par la performance extraordinaire d'Eddie Redmayne et celle, naturelle et touchante, de Felicity Jones.

Revue de presse

Une Histoire d'amour «hors normes»

Eddie Redmayne (...) offre une composition qui (...) devrait lui valoir une place dans la course aux Oscars. (...) Bien sûr, LA THÉORIE DE L'UNIVERS emprunte une forme très classique, très «qualité anglaise», (...) mais le propos, et surtout la dynamique entre ces deux êtres d'exception, emportent l'adhésion.

Moi et le cosmos

Ce film qui n’a pas su plonger dans l’âme et l’esprit de l’astrophysicien, de peur de rebuter la large audience, suscite des émotions. (...) Mais James Marsh (...) manque ici (...) d’audace dans sa mise en scène, à part quelques scènes oniriques. (...) Eddie Redmayne (...) atteint ici un sommet d’interprétation qu’on croyait absent de son registre.

When Love Goes Supernova

In so many ways, THE THEORY OF EVERYTHING feels like the prettier, but slightly dumber sister of A BEAUTIFUL MIND because it doesn’t attempt to go as deep or as dark in its bid to understand genius.

Des prestations dignes des Oscars

Eddie Redmayne (...) joue Hawking avec la précision d'un métronome, ayant eu recours à l'aide d'un chorégraphe pour (...) relever le défi physique qui se posait à lui et être crédible dans la peau d'un infirme. (...) Du rire, il y en a [aussi]. (...) Le scénario (...) comprend plusieurs répliques savoureuses qui arrivent à point.

Personnage original, film conventionnel

(...) Redmayne investit complètement son personnage d’Hawking. (...) La transformation physique est menée avec doigté et le côté badin et abrasif du personnage reste présent tout au long de son évolution physique. (...) Toutefois le scénario (...) et la réalisation (...) gardent un caractère empesé où l’originalité des rapports entre Jane et Stephen est reléguée vers les bas côtés.

An Academic-World Set Biopic

A biopic portrait of the marriage between (...) Hawking and Jane Wilde, (...) THE THEORY OF EVERYTHING is a solid, duly moving account of their complicated relationship, (...) made with impeccable professional polish. However, if the syrupy lows are blessedly few and far between, the highs are not much more frequent.

Une Leçon de courage

Si le biopic reste classique côté mise en scène et narration, impossible de ne pas verser quelques larmes devant cette histoire d'amour qui parvient à éviter les clichés et le pathos grâce à des personnages dignes, subtils et touchants.

La Probabilité du bonheur face à la maladie

Ce qu’accomplit Eddie Redmayne est prodigieux. Outre sa grande ressemblance avec Hawking, il réussit à incarner à l’écran, quasiment trait pour trait, symptôme pour symptôme, sa déchéance physique progressive.

Commentaires

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

Le film de la semaine
Cote Mediafilm () God's Own Country God's Own Country
Mediafilm

G.-B. 2017. Drame sentimental de Francis Lee avec Josh O'Connor, Alec Secareanu, Gemma Jones.


La routine d'un jeune homme taciturne et brutal, qui vit et travaille avec son père et sa grand-mère dans leur ferme du Yorkshire, est chamboulée par l'arrivée d'un travailleur roumain saisonnier dont il s'éprend.

Vous avez besoin de IE 8+ pour visualiser cette page!