Play Time
1 7 1
1

Play Time

Fr. 1967. Comédie satirique de Jacques Tati avec Jacques Tati, Barbara Dennek, Billy Kearns. Un homme s'égare dans les corridors d'un building ultra-moderne et connaît diverses mésaventures. Satire sociale ambitieuse et fort originale. Riche succession de trouvailles comiques. Galerie variée de personnages finement dessinés. Décors utilisés avec génie. Interprétation sympathique de J. Tati.

Général Général

Genre : Comédie satirique
Durée : 115 min.
Production : Bernard Maurice
Réalisation : Jacques Tati
Scénario :
Photographie : Jean Badal
Andréas Winding
Musique : Francis Lemarque
Montage : Gérard Pollicand

M. Hulot s'égare dans les corridors d'un building ultra-moderne à la recherche d'un homme avec qui il avait rendez-vous et connaît quelques mésaventures dans les stands d'une exposition industrielle tenue dans cet édifice.

L’avis de Mediafilm

Fr. 1967. Comédie satirique de Jacques Tati avec Jacques Tati, Barbara Dennek, Billy Kearns. Un homme s'égare dans les corridors d'un building ultra-moderne et connaît diverses mésaventures. Satire sociale ambitieuse et fort originale. Riche succession de trouvailles comiques. Galerie variée de personnages finement dessinés. Décors utilisés avec génie. Interprétation sympathique de J. Tati.

Revue de presse

La Finesse

PLAY TIME, c'est un assaut de sourires. Plus que de rires. Ou, plus exactement, Tati (dans la première partie, jusqu'à l'entracte) nous oblige à sourire de plus en plus vite et de plus en plus souvent, si bien que dans la deuxième partie, le rire s'installe. (Texte paru en 1967)

L'Inspiration de la satire

Jacques Tati (...) s'attaque (...) au monde qui est devenu le nôtre, gigantesque, uniforme, (...) peuplé de robots puisque l'homme qui l'a créé a, parallèlement, été absorbé par lui... (...) entouré d'une excellente troupe, (le cinéaste) promène sa silhouette (...) dans d'impressionnants décors (...) magistralement photographiés. (Texte paru en 1967)

Ambititons et poésie

On aurait aimé pouvoir admirer sans réticences cette oeuvre ambitieuse, orgueilleuse, dans laquelle un cinéaste exceptionnel (...) a visiblement mis le meilleur de lui-même. Ce n'est malheureusement pas possible. Trop de scories (...) encombrent et alourdissent le récit. (Texte paru en 1968)

Le Génie à l'état pur

La satire de la vie moderne forme certes le sujet apparent de PLAY TIME. Mais ce n'est pour Jacques Tati qu'une nouvelle occasion de nous parler avec tendresse des hommes (...).  Aucun détail n'a été laissé (...) au hasard. (Texte paru en 1968)

Un Chien dans un jeu de quilles

Dans PLAY TIME, le spectateur ne peut s'accrocher ni à une intrigue ni à un personnage central ni à un dialogue. (...) Si l'on rit, ce n'est pas à cause d'un personnage qui fait le pitre, mais parce que la situation en elle-même est drôle. (Texte paru en 1971)

Commentaires

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

Le film de la semaine
Cote Mediafilm () Paradis Paradis
Mediafilm

Rus. 2016. Drame de Andrei Konchalovsky avec Julia Vysotskaya, Christian Clauss, Philippe Duquesne. Classement: Général (déconseillé aux jeunes enfants).


En 1942, dans un camp de concentration, les destins entrecroisés d'une aristocrate russe qui s'est jointe à la Résistance, d'un Français qui sympathise avec l'ennemi et d'un officier SS, héritier déchu d'une famille de la noblesse allemande.

Vous avez besoin de IE 8+ pour visualiser cette page!