2001: L'Odyssée de l'espace
1 7 1
1

2001: L'Odyssée de l'espace (2001: A Space Odyssey)

G.-B. 1968. Science-fiction de Stanley Kubrick avec Keir Dullea, Gary Lockwood, William Sylvester. Une expédition se dirige vers Jupiter après la découverte d'une mystérieuse stèle sur la Lune. Oeuvre d'anticipation intelligente aux aspects fascinants, d'après le roman d'Arthur C. Clarke. Mouvement ample et envoûtant. Composition visuelle magistrale. Interprètes bien dirigés.

Général Général

Genre : Science-fiction
Durée : 160 min.
Réalisation : Stanley Kubrick
Scénario :
Photographie : Geoffrey Unsworth
Montage : Ray Lovejoy
Pays : Grande-Bretagne
Distributeur : MGM
Interprètes : Keir Dullea
Gary Lockwood
William Sylvester
Daniel Richter
Leonard Rossiter
Margaret Tyzack
Robert Beatty
Sean Sullivan
Récompenses

En l'an 2001, on découvre à la surface de la lune une immense stèle qui émet d'étranges signaux semblant provenir de Jupiter. Une expédition spatiale est donc envoyée vers cette planète. Pendant le voyage, le cerveau électronique très perfectionné qui régit le fonctionnement du vaisseau se rebelle contre l'équipage.

L’avis de Mediafilm

G.-B. 1968. Science-fiction de Stanley Kubrick avec Keir Dullea, Gary Lockwood, William Sylvester. Une expédition se dirige vers Jupiter après la découverte d'une mystérieuse stèle sur la Lune. Oeuvre d'anticipation intelligente aux aspects fascinants, d'après le roman d'Arthur C. Clarke. Mouvement ample et envoûtant. Composition visuelle magistrale. Interprètes bien dirigés.

Revue de presse

Messe pour le temps futur

(...) Stanley Kubrick bat les spécialistes hollywoodiens sur leur propre terrain. Avant tout, 2001: L'ODYSSÉE DE L'ESPACE est un fabuleux spectacle. (...) Film scientifique, prophétique, métaphysique, film musical et film d'aventures, (l'oeuvre du cinéaste) se meut à l'aise dans la quatrième dimension, celle de la poésie. (Texte paru en 1968)

Sidéral sidérant

Que Pascal eut tort de s'effrayer! Le silence éternel des espaces infinis n'existe pas. Existe la musique des sphères. (...) grâce à Stanley Kubrick, nous la connaissons: c'est une valse viennoise. (Texte paru en 1968)

Ulysse au pays des merveilles

Réflexion sur la destinée humaine, le film de Kubrick présente à première vue des ambitions démesurées (...). Ce film, à mon avis, par ses images brillantes, par son sujet subtil, révolutionnera l'esthétique du cinéma. (Texte paru en 1968)

Enfin, un grand film en cinérama!

Enfin le 70 mm et ses possibilités sont utilisés autrement que comme un gadget, pour faire peur aux foules ou pour faire voir des cartes postales atteintes de gigantisme. (...) Pour vivre une expérience unique, dérageante, il faut voir 2001. (Texte paru en 1968)

Ce Sacré Hal

Les artistes ont tous les droits, y compris de divaguer. Si les ordinateurs terrorisent Stanley Kubrick, il est bien libre d'exprimer cette terreur (...). L'ennui est (...) que (...) ce délirant poème futuriste nourrira et contribuera à enraciner une stupide mythologie: celle du robot se retournant contre son maître. (Texte paru en 1968)

Commentaires

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

Le film de la semaine
Cote Mediafilm () Paradis Paradis
Mediafilm

Rus. 2016. Drame de Andrei Konchalovsky avec Julia Vysotskaya, Christian Clauss, Philippe Duquesne. Classement: Général (déconseillé aux jeunes enfants).


En 1942, dans un camp de concentration, les destins entrecroisés d'une aristocrate russe qui s'est jointe à la Résistance, d'un Français qui sympathise avec l'ennemi et d'un officier SS, héritier déchu d'une famille de la noblesse allemande.

Vous avez besoin de IE 8+ pour visualiser cette page!