Fanny et Alexandre
1 7 1
1

Fanny et Alexandre (Fanny och Alexander)

Suèd. 1982. Drame de moeurs de Ingmar Bergman avec Ewa Froling, Gunn Wallgren, Bertil Guve. En 1907, une jeune actrice, veuve et mère de deux enfants, se remarie à un évêque austère et ne tarde pas à regretter sa décision. Film-somme aux données autobiographiques bouleversantes. Hommage ému à la cellule familiale. Mise en scène tour à tour somptueuse et austère. Admirable direction d'acteurs.

13 ans + 13 ans +
Bookmark and Share

Genre : Drame de moeurs
Durée : 190 min.
Production : Jörn Donner
Réalisation : Ingmar Bergman
Scénario :
Photographie : Sven Nykvist
Musique : Daniel Bell
Montage : Sylvia Ingemarsson

Fanny et Alexandre sont les enfants d'un directeur de théâtre, Carl Ekdahl, et de sa jeune femme Émilie, une actrice. Lorsque Carl meurt inopinément, Émilie se laisse consoler par l'évêque de la ville, Edvard Vergerus, homme austère dont la femme et les enfants sont morts dans des circonstances mystérieuses. Émilie épouse l'évêque et n'a pas à se féliciter de sa décision...

L’avis de Mediafilm

Suèd. 1982. Drame de moeurs de Ingmar Bergman avec Ewa Froling, Gunn Wallgren, Bertil Guve. En 1907, une jeune actrice, veuve et mère de deux enfants, se remarie à un évêque austère et ne tarde pas à regretter sa décision. Film-somme aux données autobiographiques bouleversantes. Hommage ému à la cellule familiale. Mise en scène tour à tour somptueuse et austère. Admirable direction d'acteurs.

Revue de presse

Trois Mondes bien différents

Après bien des oeuvres complexes et sulfureuses, Bergman retrouve une grâce mozartienne pour évoquer les magies de l'enfance. Avec, en prime, une photogénie exceptionnelle et des portraits de femmes comme lui seul sait les tracer.

(Texte paru en 1983)

Cries That Reverberate

As always, Bergman draws extraordinary performances from his large cast. (...) Sven Kykvist (...) has outdone himself in rendering the richness of the period locales.

(Texte paru en 1983)

Un Bergman inattendu, décidément

Curieux, ce film est à la fois agaçant par la façon qu'il a de nous piéger entre le réalisme et le fantastique, et attachant par l'humanité de ses personnages et surtout par ces deux enfants dont Bergman nous offre les regards bouleversants.

(Texte paru en 1983)

The Little World

FANNY AND ALEXANDER has the manner of a long, richly detailed tale being related by someone who acknowledges all of the terrors of life without finding in those terrors reason enough to deny life's pleasures.

(Texte paru en 1983)

Un Film de vie

[C']est un film immense, un chef d'oeuvre à la narration superbe, fresque aux personnages minutieusement étudiés et remarquablement interprétés, où alternent la tendresse, la dureté, l'humour et l'angoisse.

(Texte paru en 1983)

Un Cinéma complet

Rarement voit-on au cinéma une image si bien composée, couleurs et formes si bien orchestrées pour créer tour à tour des peintures d'une somptuosité extrême (chez Héléna) ou d'une stylisation fort dépouillée (au palais épiscopal).

(Texte paru en 1983)

Un Enfant nommé Bergman

Cette fresque familiale, et en grande partie autobiographique, est riche à tous les points de vue: un scénario généreux, rempli d'anecdotes et de surprises, de rires et de larmes; des intérieurs somptueux, des extérieurs harmonieux.

(Texte paru en 1983)

Béats d'admiration

(...) avant même le titre du film, tout est dit, installé, images, mots, musique et silence, et, surtout l'indicible. Car c'est, comme on peut s'y attendre, l'essentiel du propos: le non-formulé, le non-montré, le non-expliqué.

(Texte paru en 1983)

Un Testament suédois

Bergman est de retour... Le Bergman dont le génie [nous serre] la gorge, parce que, sage parmi les fous, il connaît ce merveilleux secret: notre véritable passé, c'est notre enfance. Tout le reste n'est que péripétie (...) et illusions perdues.

(Texte paru en 1983)

Une Somme plutôt qu'un testament

Toutes ces idées sont brassées dans un somptueux mélange d'images, incarnées par des personnages qui collent à la vie. Magnifiés par le souvenir, les oncles, tantes, parents, cousins et amis dansent la sarabande du destin humain.

(Texte paru en 1983)

Commentaires

L'info-lettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

Le film de la semaine
Cote Mediafilm (7) Good Lie, The Good Lie, The
Mediafilm

É.-U. 2014. Drame de Philippe Falardeau avec Reese Witherspoon, Arnold Oceng, Ger Duany. Classement: Général (déconseillé aux jeunes enfants).


À leur arrivée aux États-Unis, trois frères, réfugiés de la guerre civile au Soudan, sont séparés de leur soeur et envoyés au Missouri, où une célibataire débraillée travaillant pour une agence d'emploi les prend sous son aile.

Vous avez besoin de IE 8+ pour visualiser cette page!