Année dernière à Marienbad, L'
1 7 1
1

L' Année dernière à Marienbad

Fr. 1960. Drame poétique de Alain Resnais avec Delphine Seyrig, Giorgio Albertazzi, Sacha Pitoeff. Dans un somptueux hôtel, un homme cherche à convaincre une femme qu'ils se sont déjà rencontrés. Narration envoûtante inspirée du Nouveau Roman. Montage savant. Mouvements de caméra explorant majestueusement des décors insolites. Musique captivante. Interprétation stylisée.

Général Général

Genre : Drame poétique
Durée : 94 min.
Réalisation : Alain Resnais
Scénario :
Photographie : Sacha Vierny
Musique : Francis Seyrig
Montage : Henri Colpi
Jasmine Chasney
Pays : France
Italie
Distributeur : Alliance Vivafilm
Interprètes : Delphine Seyrig
Giorgio Albertazzi
Sacha Pitoeff
Françoise Bertin
Luce Garcia-Ville
Héléna Kornel
Françoise Spira
Karin Toche-Mittler
Pierre Barbaud
Wilhelm von Deek
Jean Lanier
Récompenses

Dans un somptueux hôtel d'une place d'eau, quelque part en Allemagne, au cours d'une soirée, un homme rencontre une femme. Il tente par tous les moyens de la faire se souvenir que l'année précédente, à Marienbad, elle lui avait promis de partir avec lui. L'action se poursuit tantôt au présent, tantôt au passé, tantôt au futur, selon les réflexions et le débat intérieur de l'un ou de l'autre personnage. Le mari ou l'amant de la jeune femme essaie de la retenir, mais elle s'enfonce dans le parc sans avoir donné de réponse positive à l'homme qui l'assiège.

L’avis de Mediafilm

Fr. 1960. Drame poétique de Alain Resnais avec Delphine Seyrig, Giorgio Albertazzi, Sacha Pitoeff. Dans un somptueux hôtel, un homme cherche à convaincre une femme qu'ils se sont déjà rencontrés. Narration envoûtante inspirée du Nouveau Roman. Montage savant. Mouvements de caméra explorant majestueusement des décors insolites. Musique captivante. Interprétation stylisée.

Revue de presse

Un Monde à part

Certes, ce film est écrit et réalisé avec tant de liberté qu'il échappe presque à ses auteurs, tout en reflétant plus puissamment leurs préoccupations et leur monde personnel. Tels sont, par exemple, les poèmes automatiques. Film, presque de rêve, il s'adresse à la partie onirique du monde de chaque spectateur; il peut donc être interprété de différentes manières selon l'inconscient de chaque élément du public. On peut y entrer par différentes portes (dont certaines sont certes inconnues aussi bien de Robbe-Grillet que de Resnais), on peut aussi refuser d'y entrer et dans ce cas le film n'existe plus. Mais il faut plaindre les spectateurs assez paresseux, ou pourris par les stupides anecdotes des films quotidiens, qui n'y entreront pas, car ce film est un canevas d'une telle richesse qu'il peut enrichir notre monde, aussi différent soit-il du monde de Resnais et de Robbe-Grillet.

Commentaires

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

Vous avez besoin de IE 8+ pour visualiser cette page!