Arthur et les Minimoys
1 7 5
5

Arthur et les Minimoys (Arthur and the Invisibles)

Fr. 2006. Comédie fantaisiste de Luc Besson avec Freddie Highmore, Mia Farrow. Pour aider sa grand-mère, un garçon part à la recherche d'un trésor que son grand-père aurait caché sur leur propriété, dans un univers microscopique. Trame connue. Multiplication agaçante de références et de clins d'oeil. Quelques notes insolites. Mise en scène inventive. Passage réussi entre prises de vue réelles et animation numérique. (sortie en salle: 12 janvier 2007)

Général Général

Genre : Comédie fantaisiste
Durée : 104 min.
Réalisation : Luc Besson
Pays : France
Distributeur : Alliance Vivafilm
Interprètes : Freddie Highmore
Mia Farrow

Pour aider sa grand-mère menacée de saisie par un promoteur immobilier, un garçon part à la recherche d'un trésor que son grand-père, disparu depuis trois ans, aurait caché quelque part sur le terrain de la maison, dans un univers microscopique.

L’avis de Mediafilm

Pour ses adieux à la réalisation, Luc Besson met en scène de façon inventive ce divertissement soigné, qui marie avec aisance prises de vues réelles et animation par ordinateur. Dommage que le récit, truffé de références et de clins d'oeil agaçants, soit à ce point dénué d'originalité.

Revue de presse

Imaginative and Splendid Saga

Besson draws ingeniously on a wide variety of culture influences for narrative and visuals, splendidly realised by French CG animation maestro Pierre Buffin and photographed by Thierry Arbogast. There are many literary and cultural references, as is expected now in big-budget family animation, from King Arthur to Jules Verne, Fritz Lang’s M to nature documentary MICROCOSMOS, keeping adult audiences happy. Besson and Buffin conceive Arthur, Selenia and the other Minimoys as adorable doll-like heroes with big manga-style eyes (…). The film also scores on a number of marvellously funny secondary characters and setpieces (…). Technical credits are first-rate down the line, including an engaging score by long-time Besson collaborator Eric Serra.

Minimoys, dernier Besson

Mêlant des influences visuelles diverses du DARK CRYSTAL de Jim Henson et Frank Oz aux fantaisies de Tim Burton, LES MINIMOYS est un divertissement plutôt plaisant et gonflé à bloc de trouvailles graphiques. L'utilisation des formes végétales (les lutins ont la taille de fourmis et vivent dans un jardin) s'entrechoque avec des références urbaines (...). Ce qui ne va pas du tout en revanche, c'est une partie live avec des vrais morceaux d'acteurs dedans (dont Mia Farrow) et qui ressemble à une parodie de ce que Spielberg a fait de pire.

Un Dixième Film en forme d'adieux

Quelle étrange manière de faire ses adieux. ARTHUR ET LES MINIMOYS, dixième film de Luc Besson, sera le dernier qu'il réalisera, il l'a dit et redit. Et le voilà qui s'en va en laissant derrière lui le moins personnel, le plus anonyme de tous ses longs métrages. ARTHUR ET LES MINIMOYS est destiné aux enfants, mais ce n'est pas cette vocation qui confère au mélange d'images numériques et de prises de vues réelles sa saveur synthétique et anonyme. Il manque d'abord au film un scénario.

Un Divertissement familial très satisfaisant

Pour son dixième long-métrage, Luc Besson signe un divertissement familial très satisfaisant. L'animation ne manque pas de fluidité et de rythme, le graphisme se révèle riche et créatif et l'intégration avec des prises de vues réelles est impeccable. Malgré quelques facilités, le récit, riche en rebondissements et merveilles visuelles, fonctionne parfaitement. Les personnages sont bien dessinés et l'humour est au rendez-vous.

Féerie au centre du jardin

(...) après cinq ans de travail, Luc Besson a réussi son pari: nous entraîner, grands et petits, dans un passionnant voyage initiatique entre réalité et fantaisie, poésie et imaginaire, dans lequel il tente de délivrer un message: celui de la préservation de l’environnement et du droit à la différence.

Un Conte initiatique emprunt d'humanité

Avec ce conte initiatique qui mêle images réelles et animation en 3D, Luc Besson s'inscrit résolument dans la lignée du regretté Jim Henson et de son fameux DARK CRYSTAL. Mais au-delà de la prouesse technique, qui n'a vraiment rien à envier aux productions hollywoodiennes équivalentes, ARTHUR ET LES MINIMOYS s'impose par l'humanité de ses personnages grands et petits, la meilleure idée de Luc Besson ayant consisté à confier les voix à des comédiens qui sont aussi des chanteurs de renom. C'est à eux que ce conte doit son supplément d'âme en VO comme en VF.

Tagada, tagada, voici les Minimoys

Le scénario de ce film tourné essentiellement en animation 3D est habile, dosant astucieusement le fantastique, la part du rêve et celle de l’initiation aux choses de la vie sur une trame respectant les grands principes de l’éducation civique et morale. Le budget est sur l’écran, visant à faire jeu égal avec ce qui nous vient d’outre -Atlantique. Tant Besson que ses collaborateurs connaissent leurs classiques plan à plan, du MAGICIEN D'OZ aux AVENTURIERS DE L'ARCHE PERDUE, en passant par LA BELLE ET LA BÊTE, (...), E. T., DARK CRYSTAL et tout Tim Burton (...). Du talent et de l’argent réunis n’ont jamais donné un film insignifiant, même s’il manque ici la signature qui insufflerait le souffle présent dans les oeuvres qui nous excitent totalement.

Dislikable Animated Film

The bucolic wonder buried in Luc Besson's ARTHUR AND THE INVISIBLES has been snuffed out by this alienating and dislikable animated film. As overproduced and acrid as Besson's (...) THE FIFTH ELEMENT, this adventure tale of a lad who enters a subterranean world haplessly blends live-action and visually repellent computer-animated work. (...) The sources and ideas that are borrowed, copied or stolen here include the tales of King Arthur to THE MATRIX RELOADED, THE AFRICAN QUEEN, STAR WARS and THE WIZARD OF OZ. (...) Highmore and Farrow display some sparks of odd-couple interest, but Farrow especially seems out of her element as a grandmother. Voices rarely match up well with specific characters, with the exceptions of Madonna and Bowie, in magnificent form.

Commentaires

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

Le film de la semaine
Cote Mediafilm () Panthère Noire Panthère Noire
Mediafilm

É.-U. 2018. Drame fantastique de Ryan Coogler avec Chadwick Boseman, Michael B. Jordan, Lupita Nyong'o. Classement: Général (déconseillé aux jeunes enfants).


Le nouveau roi d'un pays africain apparemment pauvre, qui extrait secrètement de son sous-sol un minerai aux vertus miraculeuses, revêt l'identité d'un justicier masqué pour déjouer un aventurier blanc qui convoite cette ressource, allié à un redoutable prétendant à son trône.

Vous avez besoin de IE 8+ pour visualiser cette page!