Jour de fête
1 7 3
3

Jour de fête

Fr. 1949. Comédie de Jacques Tati avec Jacques Tati, Guy Decomble, Paul Frankeur. Un facteur s'efforce tant bien que mal de donner un coup de main à des forains pour les préparatifs d'une fête de village. Premier long métrage de J. Tati. Gags visuels efficaces. Notations de moeurs amusantes. Personnage central cocasse.

Général Général

Genre : Comédie
Durée : 81 min.
Production : Fred Orain
André Paulvé
Réalisation : Jacques Tati
Scénario :
Photographie : Jacques Mercanton
Jacques Sauvageot
Musique : Jean Yatove
Montage : Marcel Morreau

Fr. 1949. Comédie de Jacques Tati avec Jacques Tati, Guy Decomble, Paul Frankeur. Un facteur s'efforce tant bien que mal de donner un coup de main à des forains pour les préparatifs d'une fête de village. Premier long métrage de J. Tati. Gags visuels efficaces. Notations de moeurs amusantes. Personnage central cocasse.

L’avis de Mediafilm

Fr. 1949. Comédie de Jacques Tati avec Jacques Tati, Guy Decomble, Paul Frankeur. Un facteur s'efforce tant bien que mal de donner un coup de main à des forains pour les préparatifs d'une fête de village. Premier long métrage de J. Tati. Gags visuels efficaces. Notations de moeurs amusantes. Personnage central cocasse.

Revue de presse

Tati, l'inventeur

Tati, (...) formé à l'école du mime, préfère la mimique, le geste à la parole. Comme dans un film parlant, il ne pouvait pas l'ignorer, (...) il a inventé d'en faire des sons, des bruits, des bouts de phrases qui n'envahissent pas l'image mais en renforcent (...) l'expression visuelle. (...) c'est ce génie de Tati pour un comique d'observation [qu'on redécouvre].

(Texte paru en 1977)

Keaton revisité par Bresson

Une caméra insolite s'attache au pas d'un facteur. Sans trucage, les personnages touchent au fantastique, font corps avec la rue qu'ils traversent, avec les vitrines qu'ils regardent. Une sorte de Buster Keaton revisité par Bresson. L'art de la variation sur l'absurde en dérision mineure.

(Texte paru en 1980)

Tati "à l'américaine"

François (...) est une sorte de première mise au point du personnage de M. Hulot. Un Hulot qui porterait encore moustache, aussi rural que l'autre sera urbain, mais qui a déjà en lui cet étonnant mélange de raideur et de chaleur humaine.

(Texte paru en 1987)

The Ingenious and Unprecedented Color Restoration of JOUR DE FÊTE

Pic was initially released in an 85 minute B&W version in 1949 (...) and re-released in 1964 in a 75-minute tinted version. (...) This color restoration (...) reveals that Tati conceived his story as much in terms of color as in comic timing.

(Texte paru en 1995)

Un Conte charmant

[C'est] un petit bijou, qui n'est certes pas sans défaut (des temps morts, des gags trop prévisibles), mais qui est un enchantement par sa naïveté bon enfant, sa poésie et son comique irrésistible. Avec ce premier long métrage, c'était un grand comique, de la classe (...) de Buster Keaton, qui voyait le jour.

(Texte paru en 1995)

Le Premier Film de Jacques Tati

(...) Tati est un burlesque de l’oreille tout autant, sinon plus que de l’oeil. Onomatopées, dialogues inaudibles, bruitages, (...) Tati est un trieur de génie. (...) Contrairement aux apparences, on est chez un minimaliste, du côté de Dreyer, de Bresson, de la concentration sur l’essentiel, droit au but, sans fioritures.

(Texte paru en 2013)

Humain, trop humain le facteur de Tati

Un documentaire sur les postiers états-uniens permet à Jacques Tati de traiter avec un sens aigu du burlesque l’esprit de l’occupation américaine d’alors. (...) C’est avec une belle ironie qu’il «envoie» dans le fossé une jeep de la MP (...) en apparaissant (...) en train de téléphoner ­fièrement juché sur son vélo.

(Texte paru en 2013)

Commentaires

L'info-lettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

Le film de la semaine
Cote Mediafilm () Wanted 18, The The Wanted 18
Mediafilm

Can. 2014. Documentaire de Paul Cowan, Amer Shomali.


En 1988, des villageois de Beit Sahour achètent 18 vaches pour mettre fin à leur dépendance alimentaire envers Israël. Quand le gouvernement Rabin envoie l'armée pour les abattre, les bêtes deviennent le symbole de la résistance palestinienne.

Vous avez besoin de IE 8+ pour visualiser cette page!