Épouses et concubines
1 7 1
1

Épouses et concubines (Dahong Denglong Gaogao Gua)

Chin. 1991. Drame de moeurs de Zhang Yimou avec Gong Li, He Caifei, Cao Cuifeng. Dans les années 1920, en Chine du Nord, les quatre concubines d'un riche seigneur se livrent une lutte sournoise. Tableau gris et froid d'un monde féodal. Admirable économie des effets. Importance de la force des symboles. Décors fastueux. Jeu intériorisé des acteurs.

Général Général

Genre : Drame de moeurs
Durée : 125 min.
Réalisation : Zhang Yimou
Scénario :
Photographie : Yang Lun
Zhao Fei
Musique : Naoki Tachikawa
Zhao Jiping
Montage : Yuan Du
Pays : Chine
Distributeur : Suzanne Villeneuve - Boom Vidéo
Interprètes : Gong Li
He Caifei
Cao Cuifeng
Ma Jingwu
Jin Shuyuan
Qi Zhao
Lin Kong
Weimin Ding
Cao Zhengyin
Cui Zhihgang
Xiao Chu
Récompenses

Chin. 1991. Drame de moeurs de Zhang Yimou avec Gong Li, He Caifei, Cao Cuifeng. Dans les années 1920, en Chine du Nord, les quatre concubines d'un riche seigneur se livrent une lutte sournoise. Tableau gris et froid d'un monde féodal. Admirable économie des effets. Importance de la force des symboles. Décors fastueux. Jeu intériorisé des acteurs.

L’avis de Mediafilm

Chin. 1991. Drame de moeurs de Zhang Yimou avec Gong Li, He Caifei, Cao Cuifeng. Dans les années 1920, en Chine du Nord, les quatre concubines d'un riche seigneur se livrent une lutte sournoise. Tableau gris et froid d'un monde féodal. Admirable économie des effets. Importance de la force des symboles. Décors fastueux. Jeu intériorisé des acteurs.

Revue de presse

Discrétion, pudeur et délicatesse

La première chose qui frappe dans ce (...) film, c'est la beauté des décors et la somptuosité des costumes; élégance et raffinement dominent et l'emportent même sur la fine analyse psychologique. Déjà dans LE SORGHO ROUGE, (...) nous avions souligné la discrétion des images. On apprécie ici cette même délicatesse.

(Texte paru en 1991)

A Magnificent Film

The struggle among the wives for power, or at least the appearance of it, allows Zhang to suggest disturbing links between past and present. Gong Li delivers a performance of exquisite expressiveness that, like the film itself, is unnerving in its emotional nakedness.

(Texte paru en 1992)

D'une extraordinaire Beauté

ÉPOUSES ET CONCUBINES nous offre de bout en bout de splendides images qui nous enchantent esthétiquement. (...) La qualité essentielle du film est cependant dans sa mise en scène qui plaque constamment au message qu'il veut apporter.

(Texte paru en 1992)

A Provocative Film

(...) the story is still gripping and visual textures are extraordinary. Li's presence gives the film a constant erotic charge. Settings, costumes and cinematography, featuring much use of long lenses, are dazzling, and film is exquisitely designed. Acting is first rate.

(Texte paru en 1991)

Un Enchantement

Dominée par la présence déifiée et quasi invisible de ce mari qui règne sur ses épouses en despote adoré, ce film esthétique et émouvant offre une réflexion bienvenue sur la condition féminine mais il se révèle avant tout un enchantement pour l’esprit comme pour les yeux.

(Texte paru en 1992)

Gong Li, belle et tenace

Pour donner corps, visage et volonté à Songlian, la pathétique héroïne-victime du film, Zhang Yimou fait appel, pour la troisième fois, à l'actrice Gong Li, belle, tenace, sensuelle: une sorte d'Emmanuelle Béart exotique qui brise totalement l'image de la star chinoise.

(Texte paru en 1992)

The Movie Gets the Green Light

The movie casts a hypnotic spell. The setting is fascinating in itself as Zhang captures the claustrauphobic atmosphere, the architectural detail and the visual splendor of the imposing castle.

(Texte paru en 1992)

Images splendides et raffinées

Une fois de plus, par le détour d'une critique du féodalisme qui étouffait son pays au début du siècle, Zhang Yimou dénonce les pesanteurs et la stagnation de la société chinoise actuelle...

(Texte paru en 1991)

Strange and Illuminating Film

Much of the success for this smooth transition belongs to Gong Li. Her portrayal of the cunning Songlian is layered with charm, guile, innocence ans spite, all rolled up into one beautifully complex character.

(Texte paru en 1992)

Du cinéma de vitrine haut-de-gamme

Il manque à ce film compassé le souffle de la passion, qui ne peut guère que s'éteindre, étouffé par l'académisme de la mise en oeuvre.  (...) Chaque scène paraît durer deux minutes de trop, tant la succession prévisible des épisodes (...) et l'agencement des couleurs (...) appuie pesamment sur leur " signification".

(Texte paru en 1992)

Commentaires

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

Le film de la semaine
Cote Mediafilm () Paradis Paradis
Mediafilm

Rus. 2016. Drame de Andrei Konchalovsky avec Julia Vysotskaya, Christian Clauss, Philippe Duquesne. Classement: Général (déconseillé aux jeunes enfants).


En 1942, dans un camp de concentration, les destins entrecroisés d'une aristocrate russe qui s'est jointe à la Résistance, d'un Français qui sympathise avec l'ennemi et d'un officier SS, héritier déchu d'une famille de la noblesse allemande.

Vous avez besoin de IE 8+ pour visualiser cette page!