Mort aux trousses, La
1 7 1
1

La Mort aux trousses (North By Northwest)


lundi 27 novembre à 01h30 | Radio-Canada


É.-U. 1959. Drame d'espionnage de Alfred Hitchcock avec Cary Grant, Eva Marie Saint, James Mason. Un publicitaire pris pour un agent secret est entraîné dans une série d'aventures. Suspense mené de façon magistrale. Tension tempérée d'humour. Suite ébouriffante d'escapades périlleuses. Réalisation d'une étourdissante invention. Interprétation dégagée.

Général Général

Genre : Drame d'espionnage
Durée : 132 min.
Réalisation : Alfred Hitchcock
Scénario :
Photographie : Robert Burks
Musique : Bernard Herrmann
Montage : George Tomasini

À la suite d'une méprise, des espions croient que le directeur d'une agence de publicité appartient à une organisation de contre-espionnage. Ce malentendu entraîne le pauvre homme dans une série d'aventures dangereuses. Une mystérieuse femme se porte à son aide, mais il doit aussi s'en méfier. Le tout se terminera par une chasse à l'homme sensationnelle.

L’avis de Mediafilm

Alfred Hitchcock (REBECCA, REAR WINDOW, VERTIGO) offre de nouveau à ses fidèles spectateurs un modèle de suspense où la tension, habilement ménagée, est tempérée par un humour acide. Certes il ne faut pas chercher la vraisemblance dans cette suite ébouriffante de périlleuses escapades mais on peut admirer l'art avec lequel ce vieux routier du thriller a su renouveler ses recettes. La photographie est d'une qualité soutenue et Cary Grant sait mêler avec bonheur l'élégance et l'ahurissement.

Texte : Texte paru en 1959

Revue de presse

Hitchcock témoigne dans ce film remarquable (...) de sa maîtrise souriante et de sa puissance inégalable. Les scènes les plus dramatiques ménagent des sourires et les «gags» comiques sont innombrables. (...) La photo en couleurs est splendide, et les angles de vues constamment originaux. Cary Grant joue (...) avec son élégance et son autorité habituelles, Eva-Marie Saint est délicieuse et James Mason d'une subtile fourberie. (Texte paru en 1959)

Un grand film

C'est un extraordinaire exercice de virtuosité, un numéro de haute voltige et de prestidigitation (...) sans défaillance et où Hitchcock se surpasse, composant, (...) une prodigieuse anthologie de toute son oeuvre (...). (Texte paru en 1959)

Hitchcock s'amuse

Plus en verve que jamais, Hitchcock y traverse allégrement un continent dans les deux sens, en train, en avion, en voiture, joue cartes sur table, annonce franchement les couleurs, et nous donne pour finir cette chose si rare, un chef-d'oeuvre sans prétention.

Un divertissement d'une rarissime qualité

Le génie cinématographique d'Hitchcock se déploie ici à tous les instants. Ce n'est pas un film que nous voyons, mais dix films, chacun avec sa technique et son style distinct. C'est à toutes les minutes de cette oeuvre qu'il nous faut parler de cinéma pur. (Texte parue en 1959)

A masterpiece

From its auspicious opening, the film races along with one exciting surprise after another in that invigorating mixture of tension and sly humor which is the Hitchcock specialty.

Commentaires

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

Le film de la semaine
Cote Mediafilm () Paradis Paradis
Mediafilm

Rus. 2016. Drame de Andrei Konchalovsky avec Julia Vysotskaya, Christian Clauss, Philippe Duquesne. Classement: Général (déconseillé aux jeunes enfants).


En 1942, dans un camp de concentration, les destins entrecroisés d'une aristocrate russe qui s'est jointe à la Résistance, d'un Français qui sympathise avec l'ennemi et d'un officier SS, héritier déchu d'une famille de la noblesse allemande.

Vous avez besoin de IE 8+ pour visualiser cette page!