120 Battements par minute
1 7 3
3

120 Battements par minute

Fr. 2017. Drame social de Robin Campillo avec Nahuel Pérez Biscayart, Arnaud Valois, Adèle Haenel. En 1990, un gay de 26 ans joint la branche parisienne du mouvement de lutte contre le sida ACT UP, où il s'éprend d'un des membres les plus radicaux du groupe. Hommage vibrant aux pionniers d'un combat toujours actuel. Histoire d'amour poignante. Touches poétiques et impressionnistes. Interprètes investis. (sortie en salle: 13 octobre 2017)

13 ans + 13 ans +

Genre : Drame social
Durée : 140 min.
Réalisation : Robin Campillo
Scénario :
Photographie : Jeanne Lapoirie
Musique : Arnaud Rebotini
Montage : Robin Campillo
Pays : France
Distributeur : MK 2 - Mile End
Interprètes : Nahuel Pérez Biscayart
Arnaud Valois
Adèle Haenel
Antoine Reinartz
Félix Maritaud
Ariel Borenstein
Récompenses

Paris, début des années 1990. Nathan, gay de 26 ans, joint la branche parisienne d'ACT UP, groupe d'activistes dans la lutte contre le sida. Leur mission: sensibiliser les adolescents à l'importance du port du condom et organiser des actions d'éclat pour faire bouger le gouvernement et les compagnies pharmaceutiques. Au fil des meetings et des diverses manifestations, le jeune séronégatif s'éprend de Sean, un des membres les plus radicaux de la bande, qui a développé la maladie.

L’avis de Mediafilm

Lui-même membre d'ACT UP à l'époque des faits racontés, Robin Campillo (LES REVENANTS) rend ici hommage à ses compagnons de lutte, pionniers d'un combat hélas toujours actuel. Également scénariste de Laurent Cantet (L'EMPLOI DU TEMPS, ENTRE LES MURS), Campillo cosigne avec l'éducateur et militant Philippe Mangeot un récit bien structuré, fluide, pédagogique lorsque nécessaire. Celui-ci évoque divers moments marquants de l'histoire du mouvement: le bras-de-fer avec une pharmaceutique qui retarde indûment la publication de résultats de recherches, les différentes déclinaisons de la parade de la fierté gay, le scandale du sang contaminé, les luttes intestines au sein du groupe, etc. Mais le coeur battant du film, c'est la belle et simple histoire d'amour entre le novice et le radical, illustrée avec candeur et sans fausse pudeur, poignante dans le dernier tiers. Des transitions musicales sur fond d'images poétiques et impressionnistes viennent ponctuer une réalisation où prime le réalisme, en adéquation avec le jeu naturel et sensible des interprètes. (Texte rédigé en mai 2017, dans le cadre du Festival de Cannes)

Texte : Louis-Paul Rioux

Commentaires

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

Le film de la semaine
Cote Mediafilm () Paradis Paradis
Mediafilm

Rus. 2016. Drame de Andrei Konchalovsky avec Julia Vysotskaya, Christian Clauss, Philippe Duquesne. Classement: Général (déconseillé aux jeunes enfants).


En 1942, dans un camp de concentration, les destins entrecroisés d'une aristocrate russe qui s'est jointe à la Résistance, d'un Français qui sympathise avec l'ennemi et d'un officier SS, héritier déchu d'une famille de la noblesse allemande.

Vous avez besoin de IE 8+ pour visualiser cette page!