Femme fantastique, Une
1 7 4
4

Une Femme fantastique (Una mujer fantastica)

Chil. 2017. Drame de Sebastian Lelio avec Daniela Vega, Francisco Reyes, Luis Gnecco. Une serveuse et chanteuse transgenre tente de faire valoir ses droits auprès de la famille de son amoureux décédé. Odyssée émouvante sur le gain d'amour propre. Quelques flottements et passages à vide. Compositions visuelles vibrantes. Performance épatante de D. Vega. (sortie en salle: 16 février 2018)

Général Général

Genre : Drame
Durée : 104 min.
Réalisation : Sebastian Lelio
Scénario :
Photographie : Benjamin Echazarreta
Musique : Matthew Herbert
Montage : Soledad Salfate
Pays : Chili
Distributeur : Métropole Films Distribution
Interprètes : Daniela Vega
Francisco Reyes
Luis Gnecco
Aline Kuppenheim
Nicolas Saavedra
Amparo Noguera

Marina Vidal, chanteuse et serveuse transgenre, vit une magnifique histoire d'amour avec Orlando, un homme plus âgé qui, un an plus tôt, a quitté femme et enfant pour elle. Mais au retour du restaurant, Orlando est victime d'une rupture d'anévrisme et fait une chute sur le chemin de l'hôpital, où son décès est constaté peu après. Aussitôt, Marina est questionnée par les autorités, qui la soupçonnent d'avoir infligé à son conjoint les blessures qu'il porte sur son corps. Puis, dès le lendemain, la jeune femme se fait montrer la porte de l'appartement dans lequel elle venait d'emménager avec son amoureux, et doit en outre rendre les clés de sa voiture à son ex-épouse. La famille, qui souhaite vivre son deuil en paix en rayant de l'histoire d'Orlando ce fâcheux épisode amoureux, lui interdit d'assister aux obsèques. Pour Marina, c'en est trop.

L’avis de Mediafilm

Comme dans GLORIA, le précédent long métrage du Chilien Sebastien Lelio, A FANTASTIC WOMAN repose avant tout sur une épatante interprétation féminine: celle de Daniela Vega, une actrice et chanteuse transgenre dotée d'une forte présence et d'un regard pénétrant. La comparaison entre les deux films ne s'arrête pas là, puisque dans l'un comme dans l'autre, l'héroïne à l'amour propre blessé porte en elle un sentiment de révolte latent, qui finit par exploser au détour d'un instant de grâce inattendu. On dénombre dans le film de Lelio quelques autres moments forts et compositions visuelles vibrantes. Mais ils sont relativement espacés, avec entre chacun des flottements et passages à vide qui rendent la trajectoire de la protagoniste un peu sinueuse. Mais son combat identitaire, pour être reconnue comme une personne à part entière, ne nous échappe jamais et parfois même, nous prend aux tripes. (Texte rédigé en février 2017, dans le cadre du Festival de Berlin)

Texte : Martin Bilodeau

Commentaires

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

Le film de la semaine
Cote Mediafilm () Panthère Noire Panthère Noire
Mediafilm

É.-U. 2018. Drame fantastique de Ryan Coogler avec Chadwick Boseman, Michael B. Jordan, Lupita Nyong'o. Classement: Général (déconseillé aux jeunes enfants).


Le nouveau roi d'un pays africain apparemment pauvre, qui extrait secrètement de son sous-sol un minerai aux vertus miraculeuses, revêt l'identité d'un justicier masqué pour déjouer un aventurier blanc qui convoite cette ressource, allié à un redoutable prétendant à son trône.

Vous avez besoin de IE 8+ pour visualiser cette page!