Empire Bossé, L'
1 7 5
5

L' Empire Bossé (L' Empire Bo$$é)

Can. 2012. Comédie satirique de Claude Desrosiers avec Guy A. Lepage, Claude Legault, Magalie Lépine-Blondeau. Une équipe de télévision réalise un reportage sur le parcours d'un homme d'affaires sans scrupules issu de la classe ouvrière. Scénario inabouti, trop ambitieux pour ses moyens. Humour de qualité inégale. Réalisation d'une élégance contrastante. G.A. Lepage exécrable. C. Legault épatant. (sortie en salle: 16 mars 2012)

Général Général
Bookmark and Share

Genre : Comédie satirique
Durée : 95 min.
Production : Lyse Lafontaine
François Tremblay
Réalisation : Claude Desrosiers
Scénario :
Photographie : Martin Falardeau
Musique : Christian Clermont
Montage : Dominique Champagne

Plongé dans un coma végétatif depuis sept ans, le milliardaire Bernard Bossé sera officiellement débranché des appareils qui le maintiennent en vie par sa femme et leurs deux enfants. Hostile à ce projet, son fidèle ami et complice Coco Lacasse s'enferme dans la chambre d'hôpital afin d'en empêcher la réalisation. Avec lui: une équipe réalisant un reportage sur le parcours de cet homme d'affaires issu de la classe ouvrière, qui a gravi les échelons à force de détermination, d'arrogance et d'idées de génie, dont la plupart sont sorties sans prévenir de la caboche du candide Coco. L'enquête des documentaristes brosse le portrait d'un homme sans principes ni sens moral, dont l'ambition a été nourrie par son incapacité à être admis au sein d'un cercle fermé de princes de la finance montréalaise. Ceux-ci ont à leur tête les De Carufel père et fils, qui ont autrefois provoqué la faillite de Bossé en plus de lui voler l'amour de sa vie.

L’avis de Mediafilm

Ambitieusement structuré à la manière d'un CITIZEN KANE revu en mode documentaire biographique, L'EMPIRE BOSSÉ est une oeuvre cruellement inaboutie. En effet, les auteurs ont beau vouloir dénoncer, et à juste titre, les "créateurs de richesse" et les politiques très Québec Inc. soutenues par le gouvernement en place, l'ensemble est si potachement articulé qu'ils font chou blanc. La mise en scène élégante et souple de Claude Desrosiers (DANS UNE GALAXIE PRÈS DE CHEZ VOUS), ponctuée par quelques beaux travellings latéraux spatio-temporels, reste impuissante à souder ensemble ce matériau inégal, dont l'indice caricatural varie continuellement, selon la scène ou l'interprétation. Ainsi déchiré entre le fond et la forme, la comédie manque au devoir qu'elle s'était donné: pincer la corde sensible des Québécois, comme l'avait fait Pierre Falardeau avec son ELVIS GRATTON première mouture, à travers la représentation de la figure archétypale du "self-made man". Dans la peau de celui-ci, Guy A. Lepage, un acteur exécrable, fait bien paraître le reste de la distribution, et tout particulièrement Claude Legault, épatant dans un contre-emploi.

Texte : Martin Bilodeau

Revue de presse

La Couleur de l’argent

(...) L'EMPIRE BO$$É s’avère une agréable comédie reposant sur un scénario foisonnant d’irrésistibles répliques teintées d’absurde qui font mouche et de satiriques clins d’oeil (...). Desrosiers a signé une mise en scène ludique (...) et inventive.

Méphisto québécois

D'un ridicule cinglant, le récit ressasse les plus grandes histoires de corruption, de soumissions frauduleuses et de petites enveloppes brunes que le Québec a connues. Sans grands éclats de rire, L'EMPIRE BO$$É vous divertira un brin.

Couldn’t Be More Timely

It’s constructed as a faux documentary about the noted (fictional) businessman Bernard Bossé, played in remarkably understated style by Tout le monde en parle host Guy A. Lepage. And it’s a laugher with something to say.

Sans trop mordre le Québec Inc.

L'humour y est parfois absurde, mais jamais délirant. Certaines scènes joyeusement décalées font mouche (...), mais les gags tombent trop souvent à plat. (...) Tel qu'il est, L'EMPIRE BO$$É reste trop sage. Et fait sourire trop timidement.

N’est pas Forrest Gump qui veut

La plus grande qualité de L'EMPIRE BO$$É réside dans le jeu de ses interprètes. Guy A. Lepage brille dans le rôle-titre [et] évite de tomber dans les pièges de la caricature. (...) Valérie Blais confirme pour sa part son statut d’actrice comique hors pair.

Misguided and Gaudy Comedy

Filled with facile, witless digs at savage capitalism, political corruption and the like, L'EMPIRE BO$$É is as unsubtle a satire as it is unfunny. It’s ELVIS GRATTON XXX minus the scatological humour.

Cocasse parodie

(...) la comédie ne sera primée ni à la réalisation, ni à l'interprétation, mais ce faux documentaire (...) repose sur de bonnes idées, (...), des effets de mise en scène diversifiés et colorés, des répliques absurdes et souvent drôles.

Une Agréable Surprise

Sans être la comédie de l'année, L'EMPIRE BO$$É s'avère une agréable surprise, redevable en grande partie à la mise en scène efficace de Claude Desrosiers (...). Plusieurs belles trouvailles visuelles ponctuent un scénario bien rythmé.

Comédie désuète

Hésitant entre la parodie et la satire, jonglant avec les bons mots faciles et les gags hénaurmes, le film échoue là où les auteurs voulaient l'emmener, à savoir présenter au public un état des lieux du Québec moderne.

Commentaires

L'info-lettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

Vous avez besoin de IE 8+ pour visualiser cette page!