Cheval de Turin, Le
1 7 2
2

Le Cheval de Turin (A Torinoi Lo)

Hongr. 2011. Drame de Béla Tarr avec Janos Derzsi, Erika Bok, Mihaly Kormos. Le destin d'un vieux cocher et de sa fille se détraque après que l'écrivain Friedrich Nietzsche se fut porté à la défense de leur vieux cheval. Oeuvre solennelle impénétrable mais d'une grande beauté. Récit patient et minimaliste inspiré de Nietzsche. Caméra attentive. Compositions saisissantes. Interprétation naturelle. (sortie en salle: 8 juin 2012)


Genre : Drame
Durée : 146 min.
Réalisation : Béla Tarr
Scénario :
Photographie : Fred Kelemen
Musique : Mihaly Vig
Montage : Agnes Hranitzky
Pays : Hongrie
France
Suisse
Suisse
Allemagne
Distributeur : Funfilm Distribution
Interprètes : Janos Derzsi
Erika Bok
Mihaly Kormos

Un vieux cocher et sa fille doivent leur subsistance à leur vieux cheval épuisé, dont Friedrich Nietzsche avait pris la défense, quelques jours plus tôt en ville, voyant que son maître le battait. Depuis cet incident, l'ordre naturel des choses semble s'être détraqué.

L’avis de Mediafilm

Partant d'une anecdote historique voilée de mystère, le Hongrois Béla Tarr (L'HOMME DE LONDRES) a composé une oeuvre solennelle et cryptique, d'une grande beauté, portée par le vent, le silence et la cueillette patiente, par la caméra attentive, des rituels du quotidien. L'ensemble est fortifié par le jeu naturel des deux principaux interprètes.

Revue de presse

Magistral Final pour Béla Tarr

La folie terrifiante du CHEVAL DE TURIN tient au fait que l'auteur y pousse sa logique jusqu'à un point de non-retour, radicalisant une démarche artistique qui passait pour le parangon de la radicalité cinématographique.

Le Mors dans l’âme

Avec son jusqu’au-boutisme esthétique (ampleur virtuose des plans filmés à la steadycam) (...), le film contient sa propre parodie. (...) Mais [il] dialogue aussi (...) avec le prophétisme apocalyptique du Cormac McCarthy de la Route.

Fascinant et radical

Peu de paroles, des gestes du quotidien. Répétés inlassablement durant six jours. (...) Cela pourrait être ennuyeux s'il n'y avait à chaque fois un détail différent. Chaque jour, des signes avant-coureurs d'un événement indéchiffrable.

The Magyar Master's Last Film

Bela Tarr takes his followers back to (...) the dull monotony of rural peasant life, repeated in a series of slow, uneventful and characteristically color-bereft long takes before the big fade to black in THE TURIN HORSE.

C'est beau, mais c'est long

Noir et blanc (magnifique), longs plans-séquences (admirables), péripéties réduites au minimum (...) pour une oeuvre contemplative et peu aimable, mais qui fascine à force de rudesse et de partis pris assumés.

Fort, présomptueux, magistral

(...) [Béla Tarr] nous lègue une oeuvre d'une rare cohérence - dont chaque photogramme semble frappé de son sceau -, ponctuée d'un geste d'une élégance folle.

Une Traversée silencieuse de l'apocalypse

Peu à peu, on comprend que c'est la fin du monde et que Béla Tarr n'espère plus rien, sinon nous hypnotiser avec son obsédante mélancolie. Magistral.

Commentaires

L'info-lettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

Le film de la semaine
Cote Mediafilm () Opportunistes, Les Les Opportunistes
Mediafilm

Fr. 2013. Drame de Paolo Virzi avec Fabrizio Bentivoglio, Valéria Bruni Tedeschi, Matilde Gioli.


La veille de Noël, au bord du Lac de Côme, un délit de fuite mortel bouleverse la vie du fils d'un riche homme d'affaires et celle de sa petite amie, fille d'un agent immobilier sur la brèche, qui a tout misé sur un placement risqué avec le financier.

Vous avez besoin de IE 8+ pour visualiser cette page!