Dictateur, Le
1 7 1
1

Le Dictateur (The Great Dictator)

É.-U. 1940. Comédie satirique de Charles Chaplin avec Charlie Chaplin, Paulette Goddard, Henry Daniell. Dans les années 1930, un barbier juif, sosie du dictateur de la Tomagne, tente d'éviter la persécution. Oeuvre d'une invention prodigieuse. Critique acerbe de la mégalomanie nazie. Mélange d'hilarité et de mélancolie. C. Chaplin savoureux dans un double rôle.

Général Général

Genre : Comédie satirique
Durée : 120 min.
Réalisation : Charles Chaplin
Scénario :
Photographie : Karl Struss
Roland Totheroh
Musique : Charles Chaplin
Meredith Willson
Montage : Willard Nico
Harold Rice

Dans les années 1930, la Tomagne est sous le contrôle du dictateur Adenoïd Hynkel, qui rêve de domination mondiale. Dans le quartier juif de la capitale vit un barbier qui ressemble comme un frère au dictateur. Grâce au fait que, pendant la guerre, il a sauvé la vie à un aviateur devenu depuis un des hommes importants du régime, le barbier est pour un temps à l'abri des persécutions antisémites.

L’avis de Mediafilm

É.-U. 1940. Comédie satirique de Charles Chaplin avec Charlie Chaplin, Paulette Goddard, Henry Daniell. Dans les années 1930, un barbier juif, sosie du dictateur de la Tomagne, tente d'éviter la persécution. Oeuvre d'une invention prodigieuse. Critique acerbe de la mégalomanie nazie. Mélange d'hilarité et de mélancolie. C. Chaplin savoureux dans un double rôle.

Revue de presse

Rire de bon coeur à des scènes guerrières

Le film dès les premières images nous fait éclater de rire. C'est une suite ininterrompue de gags que leur accumulation rend encore plus efficace. Il s'agit pourtant de scènes excluant, en principe, tout divertissement.

(Texte paru en 1958)

Pour comprendre Chaplin

Il faut (...) être au courant [du] contexte pour mieux saisir, dans toute sa dimension, le défi lancé au fascisme par Chaplin, comprendre en quel sens, LE DICTATEUR est une oeuvre militante, car pour lui, revêtir le masque du plus grand dictateur du XXe siècle, (...) c'était le déposséder de son pouvoir d'hypnose.

(Texte paru en 1972)

That Funny Little Man Again

Regardless of errors in taste, (...) THE GREAT DICTATOR has some of the most delicious comedy that has ever been in film. Slapstick - when Chaplin as the little Jewish barber performs his heroics in the first World War. Satire. (...) Burlesque - when Jack Oakie in an exceedingly funny, low-humored parody of Mussolini.

(Texte paru en 1940)

Un Film prémonitoire

LE DICTATEUR est le premier film parlant de Chaplin. (...) [Il] avait bien des choses à dire. (...) Il avait prévu l'horreur nazie qui allait s'abattre sur l'Europe. Et pourtant, d'un bout à l'autre, LE DICTATEUR est un film comique. (...) La plus belle oeuvre peut-être du plus grand génie de l'histoire du cinéma. Que dire de plus?

Chaplin: A Genius Dictates

(...) oddly enough, there are very few gag lines in the film at all. This once again proves his unbelievable power as a performer. It must have taken a lot of careful thought and energy on Chaplin's part to go through with this long (...) movie. He balanced two plots with care and ease, and developped them fully.

(Texte paru en 1972)

Chaplin, né Charlot

La France de 1945 apprécie peu cette caricature d'un drame trop proche encore. Le Hitler-Hynkel imaginé par Chaplin vient de régner pour de bon. Jamais oeuvre de fiction cinématographique n'a dénoncé l'Histoire tout en la prédisant avec une telle exactitude. Il y a du rêve prémonitoire dans cette farce.

(Texte paru en 1972)

Equally Shallow

No one, not even in 1940, could believe Hitler that stupid, and in pretending that he was, Chaplin was, at best, indulging in childish spite-satisfaction, at worst, whitewashing evil. THE GREAT DICTATOR contains some of the few occasions when Chaplin's comic and political senses seem equally puerile.

(Texte paru en 1972)

Pureté des sentiments et fraîcheur de l'humour

Faisant alterner, selon son habitude, moments tragiques et scènes comiques, Chaplin nous offre quelques morceaux d'anthologie inoubliables, aussi variés que les facettes de son talent: l'obus pivotant, (...) Hynkel jouant avec un énorme globe terrestre gonflable, le discours final, etc...

(Texte paru en 2002)

The Result is Not Happy

Charlie Chaplin has forsaken pantomime in the interests of propaganda, for there is no need to weigh his pious protestations that this is not a satire on Hitler and mussolini. The result is not happy, since the purely comic fragments of the filmare not worth sitting through the splenetic remainder.

(Texte paru en1940)

Le Rire contre la barbarie

Séquence après séquence, le film engendre non seulement le rire et l'émotion, (...) mais des tensions entre émotions opposées et entre émotion et réflexion. Chaplin ne se contente pas de se moquer de Hitler. Il met en scène une riche réflexion politique (...) et morale.

(Texte paru en 2002)

Règlement de comptes

Chaplin se déchaîne. Ses gags deviennent des obus chargés de détruire Hynkel. (...) Le train de son ami Napaloni (...) ne cesse de s'arrêter et de repartir, forçant Hynkel à courir (...) comme un clown. (...) On est fasciné devant la perfection d'un comique qui jamais, pourtant, n'efface la terreur diffuse. La peur rôde sous le rire.

(Texte paru en 2014)

Commentaires

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

Le film de la semaine
Cote Mediafilm () Paradis Paradis
Mediafilm

Rus. 2016. Drame de Andrei Konchalovsky avec Julia Vysotskaya, Christian Clauss, Philippe Duquesne. Classement: Général (déconseillé aux jeunes enfants).


En 1942, dans un camp de concentration, les destins entrecroisés d'une aristocrate russe qui s'est jointe à la Résistance, d'un Français qui sympathise avec l'ennemi et d'un officier SS, héritier déchu d'une famille de la noblesse allemande.

Vous avez besoin de IE 8+ pour visualiser cette page!