Nous sommes les autres
1 7 5
5

Nous sommes les autres

Can. 2017. Drame de Jean-François Asselin avec Émile Proulx-Cloutier, Pascale Bussières, Jean-Michel Anctil. Un architecte dépressif entre dans un cabinet montréalais pour y concevoir les plans d'un centre d'art, qui devront cependant être signés par un confrère de renom, disparu subitement. Suspense psychologique au mystère indifférent. Enjeux philosophiques mal canalisés. Plastique harmonieuse. Réalisation monotone et froide. Bonne composition de É. Proulx-Cloutier. (sortie en salle: 10 novembre 2017)

13 ans + 13 ans +

Genre : Drame
Durée : 110 min.
Production : Pierre Even
Réalisation : Jean-François Asselin
Scénario :
Pays : Canada (Québec)
Distributeur : Les Films Séville
Interprètes : Émile Proulx-Cloutier
Pascale Bussières
Jean-Michel Anctil
Gabrielle Forcier
James Hyndman
Valérie Blais

L'architecte Frédéric Venne se relève d'une grave dépression, causée par une douloureuse faillite personnelle, lorsqu'il se voit offrir la chance de sa vie: créer au sein d'un grand cabinet montréalais les plans d'un centre d'art, dans le cadre d'un prestigieux concours international. Il devra toutefois s'exécuter au nom et dans l'ombre du grand Alexandre Picard, architecte vedette de la firme, disparu subitement en emportant avec lui quelques objets de valeur. Myriam, épouse et adjointe d'Alexandre, a du reste fait une réclamation à ce sujet. Se présente alors à sa porte Robert Laplante, expert en sinistres et futur directeur de sa firme d'assurances. Fasciné par cette femme mystérieuse, et par l'univers dans lequel elle évolue, Robert accepte d'enquêter sur la disparition de son mari. Parallèlement, Frédéric gagne de haute lutte le respect de ses collègues initialement hostiles et prend de l'assurance auprès de ceux qui l'ont embauché. Trop, peut-être.

L’avis de Mediafilm

Une impression de vétusté. Voilà ce qu'on ressent devant ce premier long métrage de l'auteur et réalisateur de la série "Plan B". L'intrigue datée, propulsée par des moyens technologiques modestes, forge un suspense psychologique mou, au mystère indifférent. Le dénouement "punché", digne d'un court métrage, ne résiste pas non plus à l'analyse.

Commentaires

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

Vous avez besoin de IE 8+ pour visualiser cette page!