Blade Runner 2049
1 7 3
3

Blade Runner 2049

É.-U. 2017. Science-fiction de Denis Villeneuve avec Ryan Gosling, Harrison Ford, Jared Leto. Dans un monde agonisant, un détective affecté à la chasse d'esclaves conçus par bio-ingénierie mène une enquête impliquant un de ses prédécesseurs, disparu il y a trente ans. Brillante suite du classique de Ridley Scott. Longueurs et "surprises" plutôt prévisibles. Mise en scène impressionnante, mais froide. Photographie sublime. R. Gosling monolithique. H. Ford émouvant. (sortie en salle: 6 octobre 2017)

13 ans + (violence) 13 ans + (violence)

Genre : Science-fiction
Durée : 163 min.
Réalisation : Denis Villeneuve
Scénario :
Photographie : Roger Deakins
Musique : Benjamin Wallfisch
Hans Zimmer
Montage : Joe Walker

En 2049, l'équilibre précaire d'un monde agonisant, au bord du chaos, est menacé par les conflits régnant entre les êtres humains et leurs esclaves produits par bio-ingénierie. L'officier K, de la police de Los Angeles, est un "Blade Runner" chargé d'éliminer les "réplicants", des androïdes rebelles. Mais après avoir fait une découverte troublante, le policier se retrouve lui-même la cible de tueurs envoyés par Niander Wallace, un inventeur riche et tout-puissant. Son seul espoir: retrouver la trace de Rick Deckard, un ancien Blade Runner disparu trente ans plus tôt en emportant ses secrets avec lui.

L’avis de Mediafilm

35 ans après le magistral BLADE RUNNER de Ridley Scott, Denis Villeneuve signe une suite ambitieuse et brillante, qui renoue fidèlement avec l'univers fascinant imaginé par le romancier Philip K. Dick. Il faut dire que le réalisateur québécois trouve ici un sujet recoupant les principales figures de son oeuvre, de la conception dans le désert (UN 32 AOÛT SUR TERRE) à la quête des origines (INCENDIES), en passant par l'obsession du double (ENEMY). On est séduit d'emblée par la majesté des effets spéciaux, la pureté graphique des décors et les compositions visuelles sublimes de Roger Deakins (FARGO, SICARIO). Par contre, on retrouve également des "surprises" prévisibles, des longueurs ainsi qu'une certaine objectivation de la femme (allant du personnage de la compagne du protagoniste - sorte de fantasme masculin des années 1950 - aux statues féminines géantes dans le désert près de Las Vegas). Harrison Ford apporte tardivement un peu d'émotion à ce film souvent impressionnant mais, il faut bien l'admettre, plutôt froid.

Texte : Georges Privet

Commentaires

14 octobre 2017, 15:34:48

Rythme contemplatif, style cérébral, quelques touches d'émotion, images d'une grande beauté...J'ai eu une étrange sensation juste apres la projection: mélange d'ambivalence, de fascination et de réflexion. Ce 2049 me reste dans la tête depuis. Malgré une durée un peu démesurée, 2049 reste une réussite artistique, l'une des plus ambitieuses suites jamais réalisées. Je n'ai pas trouvé Gosling monolithique, ce n'est quand même pas Arnold en Terminator! Harrison Ford vient tout de même donner de l'intensité et quelques touches d'humour a ce monde d'androides. L'utilisation inventive des hologrammes, le thème de la mémoire ou des souvenirs, de la quête des origines (cité ci-haut) et de la fascination pour la femme (organique, glaciale, sensuelle ou réconfortante) permettent a Villeneuve, dans une mise en scène sophisquée et hypnotique, de faire une oeuvre personnelle, bien loin des conventions du blockbuster.

1 7 3

J'attribue à ce film la Cote 3

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

Le film de la semaine
Cote Mediafilm () Three Billboards Outside Ebbing, Missouri Three Billboards Outside Ebbing, Missouri
Mediafilm

É.-U. 2017. Comédie dramatique de Martin McDonagh avec Frances McDormand, Sam Rockwell, Woody Harrelson. Classement: 13 ans + (langage vulgaire).


Voyant que la police locale a renoncé à trouver le meurtrier de sa fille, une mère divorcée sème l'émoi dans sa petite communauté en placardant sur trois panneaux publicitaires érigés à l'entrée de la ville des messages dénonçant l'inefficacité des forces de l'ordre.

Vous avez besoin de IE 8+ pour visualiser cette page!