Belle de jour
1 7 1
1

Belle de jour

Fr. 1967. Drame de moeurs de Luis Bunuel avec Catherine Deneuve, Jean Sorel, Michel Piccoli. La jeune épouse d'un chirurgien parisien est victime d'un chantage d'un ami du couple, qui a découvert que le jour, elle est hôtesse dans une maison de rendez-vous. Adaptation intelligente et surprenante du roman de Joseph Kessel. Mélange habile de fantaisie et de réalité. Mise en scène d'une rigueur implacable. Jeu remarquable de C. Deneuve.

13 ans + 13 ans +
Bookmark and Share

Genre : Drame de moeurs
Durée : 100 min.
Réalisation : Luis Bunuel
Scénario :
Photographie : Sacha Vierny
Montage : Louisette Hautecoeur

La jeune épouse d'un chirurgien parisien est victime d'un chantage d'un ami du couple, qui a découvert que le jour, elle est hôtesse dans une maison de rendez-vous.

L’avis de Mediafilm

Fr. 1967. Drame de moeurs de Luis Bunuel avec Catherine Deneuve, Jean Sorel, Michel Piccoli. La jeune épouse d'un chirurgien parisien est victime d'un chantage d'un ami du couple, qui a découvert que le jour, elle est hôtesse dans une maison de rendez-vous. Adaptation intelligente et surprenante du roman de Joseph Kessel. Mélange habile de fantaisie et de réalité. Mise en scène d'une rigueur implacable. Jeu remarquable de C. Deneuve.

Revue de presse

La Petite Fille du marquis

En cette blonde petite fille du marquis de Sade - ange perverti (...), - Bunuel trouve de quoi mitonner l'un de ces bizarres et splendides brouets de sorcière, faits de crapauds et de rayons de lune, dont il est seul à posséder le secret.

(Texte paru en 1967)

Crying, to Keep from Laughing

BELLE DE JOUR is a motion picture so absolute in its badness that, in a charitable moment, (...) I had the thought that perhaps Bunuel had set out to make the definitive bad movie. If so, he has come astonishingly close to total success.

(Texte paru en 1967)

Défis et scandales

Bunuel traite avec dignité et simplicité le sujet le plus osé qui soit. Tous les acteurs sont remarquables et d'une rare justesse de ton comme sont justes les couleurs automnales qui baignent ce film d'une intensité et d'une force peu commune.

(Texte paru en 1967)

Un Film pour bonnes gens

BELLE DE JOUR est un film de pensée très orthodoxe, très moral même. (...) malgré son apparente audace, [ce film] est un Bunuel très décevant où l'on retrouve tous les défauts de ses moins bons films.

(Texte paru en 1967)

Bunuel fidèle à lui-même

BELLE DE JOUR est une véritable réussite esthétique: un excellent montage, des acteurs de grand talent, dont l'interpretation est remarquable, de très belles images et un environnement sonore bien adapté.

(Texte paru en 1993)

Fantasmes pour un jeudi

(...) BELLE DE JOUR est un chef-d'oeuvre et, ce qui ne gâte rien, un chef-d'oeuvre d'humour où MM. Piccoli et Francis Blanche et Mme Page (épatante dans ce rôle d'Anaïs) s'illustrent pour le meilleur en servant le pire.

(Texte paru en 1986)

The Power of Deneuve's Cool Beauty

BELLE DE JOUR isn't especially erotic. Director Bunuel is more interested in ridiculing the pointless life of a bourgeoise than in making psychological sense of his main character.

(Texte paru en 1995)

L'Enfer sans les flammes

(...) l'allusion, la transposition poétique, sont beaucoup plus suggestives en ce domaine que l'imagerie précise. Bunuel le sait bien qui, si souvent, quand sa liberté était brimée, sut évoquer l'enfer sans en montrer les flammes.

(Texte paru en 1967)

L'Art corrosif et ambigu de Bunuel

(...) on chercherait en vain ici de ces extraordinaires instants de délire contrôlé, de cette sourde et fulgurante violence intérieure qui faisait l'originalité de (...) L'ANGE EXTERMINATEUR.

(Texte paru en 1967)

Chef-d'oeuvre ou pastiche?

Il reste en définitive un film très neuf de Bunuel qui le représente fortement mais qu'on pourrait aussi qualifier d'impersonnel si l'on s'attache uniquement à étudier les différents comportements  des habitués du salon de Mme Anaïs.

(Texte paru en 1967)

Commentaires

L'info-lettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

Le film de la semaine
Cote Mediafilm () Green Prince, The The Green Prince
Mediafilm

All. 2013. Documentaire de Nadav Schirman.


Échelonné sur plusieurs années, portrait de la relation complexe entre un jeune informateur palestinien, fils d'un des fondateurs du Hamas, et l'agent secret israélien qui l'a convaincu de trahir les siens.

Vous avez besoin de IE 8+ pour visualiser cette page!