Baby le chauffeur
1 7 4
4

Baby le chauffeur (Baby Driver)

É.-U. 2017. Thriller de Edgar Wright avec Ansel Elgort, Lily James, Jon Hamm. Un jeune as du volant qui carbure au rock tente de mettre fin à son association forcée avec un gang de braqueurs, quand il s'éprend d'une serveuse qui partage ses goûts musicaux. Divertissement survitaminé et fort imaginatif. Enjeux dramatiques connus. Dénouement étiré. Réalisation experte, se signalant par une utilisation ludique de la musique. Prestations variées d'interprètes doués. (sortie en salle: 28 juin 2017)

13 ans + (violence, langage vulgaire) 13 ans + (violence, langage vulgaire)

Genre : Thriller
Durée : 113 min.
Réalisation : Edgar Wright
Scénario :
Photographie : Bill Pope
Musique : Steven Price
Montage : Jonathan Amos
Paul Machliss

Pour masquer ses acouphènes, séquelle de l'accident de voiture qui a coûté la vie à sa mère adorée et son père violent, un jeune as du volant surnommé Baby carbure au rock, les écouteurs vissés aux oreilles. Sous la coupe de Doc, homme d'affaires d'Atlanta qui organise d'audacieux braquages de banques, l'orphelin au seuil de la vingtaine joue docilement les chauffeurs de choc, puis rentre le soir dans le modeste appartement qu'il partage avec son père adoptif, un vieillard afro-américain atteint de surdité. Sa vie sans histoire est toutefois chamboulée par sa rencontre avec Debora, une serveuse de son âge qui partage ses goûts musicaux. Du coup, les horizons de Baby s'élargissent, d'autant plus que Doc l'a officiellement libéré de la dette qu'il avait contractée envers lui. Mais c'est mal connaître le tortueux gangster. À la première occasion, il revient vers son chauffeur émérite et le contraint à participer au cambriolage d'un bureau de poste, aux côtés de trois anciens coéquipiers: Bats, criminel antipathique à la gâchette facile et le couple formé par l'imprévisible Buddy et l'ambitieuse Darling.

L’avis de Mediafilm

Le réalisateur de SHAUN OF THE DEAD et THE WORLD'S END décoiffe plus que jamais avec ce divertissement fort imaginatif, qui se signale par son utilisation ludique de la musique. Malgré des enjeux dramatiques connus et une finale trop étirée, l'ensemble captive et séduit, grâce à une réalisation survitaminée et aux prestations variées d'interprètes doués.

Commentaires

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

Vous avez besoin de IE 8+ pour visualiser cette page!