Nuit, La
1 7 1
1

La Nuit (La Notte)

It. 1961. Drame psychologique de Michelangelo Antonioni avec Jeanne Moreau, Marcello Mastroianni, Monica Vitti. Deux époux apparemment unis découvrent la mort de leur amour. Étude psychologique subtile et profonde. Traitement d'une beauté formelle raffinée. Rythme lent et introspectif. Fine interprétation.

Général Général

Genre : Drame psychologique
Durée : 121 min.
Production : Emanuele Cassuto
Réalisation : Michelangelo Antonioni
Scénario :
Photographie : Gianni Di Venanzo
Musique : Giorgio Gaslini
Montage : Eraldo Da Roma
Pays : Italie
France
Distributeur : Fox Lorber
Interprètes : Jeanne Moreau
Marcello Mastroianni
Monica Vitti
Bernhard Wicki
Rosy Mazzacurati
Maria Pia Luzi
Guido A. Marsan
Vittorio Bertolini
Vincenzo Corbella
Ugo Fortunati
Récompenses

Mariés depuis dix ans, l'écrivain Giovanni Pontano et sa femme Lidia forment un couple apparemment uni, alors qu'en réalité, leur amour est presque mort. Une visite à un ami mourant provoque chez Lidia un accès de mélancolie et d'amertume. Le soir même, les époux cherchent à tromper leur ennui commun dans une boîte de nuit puis dans une soirée mondaine. Chacun de son côté, ils cherchent, sans conviction une aventure amoureuse. À l'aube, un entretien douloureux leur révèle la perte de leur amour qu'ils essaient de retrouver dans une étreinte désespérée.

L’avis de Mediafilm

It. 1961. Drame psychologique de Michelangelo Antonioni avec Jeanne Moreau, Marcello Mastroianni, Monica Vitti. Deux époux apparemment unis découvrent la mort de leur amour. Étude psychologique subtile et profonde. Traitement d'une beauté formelle raffinée. Rythme lent et introspectif. Fine interprétation.

Revue de presse

Les Milanais vont avoir leur Dolce Vita

Dans LA NOTTE, (...) la société milanaise est chargée de tout faire comprendre, comme un milieu chimique qui décompose les visages et les coeurs. Cette acuité dans l'observation, ce sens des minutes fatales, cette rigueur invisible ont fait d'Antonioni le maître du jeune cinéma européen.

(Texte paru en 1960)

Sombre est la nuit

(...) n'est-il pas singulier que Mastroianni, excellent dans la DOLCE VITA et Jeanne Moreau, l'une de nos actrices les plus émouvantes, soient ici si pâles, si neutres! Quand un bon acteur est inexpressif, c'est qu'on ne lui a rien donné à exprimer.

(Texte paru en 1961)

Antonioni est un écrivain de l'écran

L'irremplaçable apport d'Antonioni (...), c'est l'emploi délibéré et quasi continu du temps réel. Cette "nuit" (...), il la mène minute après minute et presque sans coupures jusqu'à son épanouissement, puis jusqu'à son évanouissement dans le clair petit jour.

(Texte paru en 1961)

Antonioni ou le cinéaste romancier

On admire dans cette oeuvre la recherche du détail vrai, du dialogue juste, surtout cet extraordinaire accord du décor et du climat intérieur des personnages, le naturel du jeu de Jeanne Moreau et de Mastroianni (...). Ici, la vedette disparaît pour faire place à l'être humain.

(Texte paru en 1961)

Commentaires

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

Vous avez besoin de IE 8+ pour visualiser cette page!