Vie heureuse de Léopold Z, La
1 7 3
3

La Vie heureuse de Léopold Z

Can. 1965. Comédie de Gilles Carle avec Guy L'Ecuyer, Paul Hébert, Suzanne Valéry. La veille de Noël, un déneigeur s'efforce de compléter ses achats de cadeaux en pleine tempête de neige. Sens de l'observation certain. Entrain constant. Montage alerte. Interprétation d'une bonhomie savoureuse.

Général Général

Genre : Comédie
Durée : 70 min.
Production : Jacques Bobet
Réalisation : Gilles Carle
Scénario :
Photographie : Jean-Claude Labrecque
Musique : Paul De Margerie
Montage : Werner Nold

C'est la veille de Noël. Une tempête de neige sévit sur Montréal et Léopold Tremblay est déneigeur. En plus de remplir les obligations de son travail, il doit trouver le temps d'acheter des cadeaux pour sa femme et son fils, après avoir effectué un emprunt, et d'aller cueillir à la gare une cousine, chanteuse de cabaret, qui vient passer quelque temps chez lui. Surveillé, accompagné, importuné par son patron et ami Théophile, Léopold parvient à faire tout cela et, grâce à une accalmie dans la tempête, rejoint sa femme à temps pour la messe de minuit.

L’avis de Mediafilm

Le cinéma canadien se met enfin à sourire grâce à ce film de Gilles Carle. Avec un sens de l'observation bien développé, l'auteur décrit l'homo canadensis dans son climat naturel. Un rythme alerte, un dialogue vif, un montage précis confèrent à l'ensemble un entrain constant que vient confirmer la bonhomie savoureuse de l'interprétation. Des vues documentaires de Montréal sous la neige s'insèrent avec bonheur dans la trame assez dégagée de l'intrigue.

Texte : Robert-Claude Bérubé

Revue de presse

Léopold Z ou la vie heureuse du cinéma canadien

Sous son aspect de comédie, le long métrage de Gilles Carle est tragique. Tragique par ses continuelles allusions à la dépossession de l’ouvrier, à ses problèmes matériels, à sa dépendance monétaire. Le côté comique du film sert de médium à un message beaucoup plus profond de l’auteur. Les gags, les farces, les rires ont un arrière goût de tristesse, de réalisme.

Happiness Is a War Snowplow

It isn’t a startling film in any way, there are no innovations, but it is a tender, charming story simply told and performed in a delightfully relaxed way by Paul Hebert and Guy l’Ecuyer.

L'Humour de toutes les minorités

(…) Mais je le considère comme un film raté, dans la mesure où l’on l’a aimé pour de mauvaises raisons. On a trouvé le héros sympathique, doté d'un certain humour et d’une intelligence moyenne. Alors que pour moi, c’est d’abord un homme qui confond la morale et la raison et dont la vie quotidienne est complètement aliénée.

Léopold Z, un personnage canadien-francais type

LÉOPOLD Z est un film inégal, Gilles Carles n’est pas en possession de tous ses moyens, mais c’est un film drôle, émouvant et vrai, plein de charme et de vie, sans prétention, dont la qualité de l’image et du montage est à peu près constante.

Un Portrait heureux

Le film est bien fait; s'il y a encore des erreurs techniques, au moins ne sont-elles pas visibles et choquantes. Les images de Labrecque sont, comme toujours, très belles et bien rendues.

 


Commentaires

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

Le film de la semaine
Cote Mediafilm () Fille inconnue, La La Fille inconnue
Mediafilm

Bel. 2016. Drame de Luc Dardenne, Jean-Pierre Dardenne avec Adèle Haenel, Olivier Bonnaud, Jérémie Renier. Classement: Général.


Rongée par les remords après avoir refusé d'ouvrir la porte de sa clinique à une jeune fille en fuite retrouvée morte le lendemain, une médecin généraliste de Lièges tente de découvrir l'identité de la défunte.

Vous avez besoin de IE 8+ pour visualiser cette page!